Janvier crucial pour les Éditions de l’Avenir et pour le pluralisme de la presse quotidienne francophone belge


La fin de janvier marquera le début d’un nouvel épisode dans l’histoire tourmentée, depuis quelques années, des Éditions de l’Avenir: ainsi que son administrateur-délégué ad interim, Renaud Witmeur, l’a déclaré à la fois dans une interview et devant les administrateurs d’Enodia, à la fin décembre, Nethys va les mettre en vente.

Les Editions de l'AvenirCette opération rencontrera à la fois une demande mainte fois répétée du personnel du journal, et les exigences des parlementaires wallons: après s’être dégagée des quotidiens du sud de la France, dans des conditions qui demandent toujours à être éclaircies, et après avoir mis fin à l’expérience calamiteuse d’Ilico, un site d’info en ligne dont la finalité n’a jamais été clairement définie, la filiale de l’intercommunale Enodia, l’ex-Publifin, va se dégager de ses activités de presse en Belgique en remettant sur le marché non seulement les Éditions de l’Avenir, mais aussi L’Avenir Advertising, la société éditrice du toutes-boîtes publicitaire Proximag, et la société L’Avenir Hebdo, éditrice de Moustique et de Tele Pocket. La question qui reste en suspens est de savoir si cette vente sera globale, ou si elle se fera par appartements.

Pour autant, l’opération demande à être menée avec beaucoup de doigté, à la fois pour éviter de nouvelles pertes massives d’emplois, pour maintenir le pluralisme de la presse écrite quotidienne en Belgique francophone, et pour donner aux Éditions de l’Avenir des perspectives de développement dans un marché entamé méchamment par l’emprise publicitaire des GAFAM (Google, Amazone, Facebook, Microsoft) que le pouvoir politique européen devra tôt ou tard, et idéalement plus tôt que tard, frapper au portefeuille, en réaction à leur politique scandaleuse d’évasion fiscale.

Une vente d’entreprise s’accompagne en effet souvent de mesures de «rationalisation», comme on le dit pudiquement pour éviter la brutalité du terme «licenciements».

Le rude plan social dont les Éditions de l’Avenir viennent de sortir a durement frappé la rédaction, et sa finalité, comme nous l’avons déjà expliqué ici, n’était pas uniquement économique. Bien sûr, il s’agissait de ramener les finances de l’entreprise dans le vert, mais les licenciements ciblés auxquels l’opération a donné lieu, en dépité des démentis hypocrites exprimés par un management désormais déconsidéré, montraient bien que l’indépendance journalistique était également ciblée.

Ce plan social exécuté, d’autres rationalisations étaient envisagées, qui allaient frapper les secteurs administratif et commercial: des regroupements à Liège, siège de Nethys, étaient planifiés, et des emplois, inévitablement, allaient être sacrifiés dans l’opération.

Une vente des Éditions de l’Avenir, à quelque repreneur que ce soit, s’il s’agit d’un des deux autres groupes de presse quotidienne en Belgique francophone, débouchera inévitablement sur de tels doubles emplois. Ce n’est pas forcément le seul scénario envisageable: il y a cinq ans, personne n’attendait Tecteo dans un secteur, auquel d’autres investisseurs, belges ou étrangers, pourraient s’intéresser.

Mais restons dans l’hypothèse de reprise belgo-belge, sous forme de regroupement au sein du paysage médiatique francophone. Et  si c’est un repreneur plutôt que l’autre qui décroche la timbale, c’est sans doute à un bain de sang social qu’il faut s’attendre, dont non seulement les services administratif et commercial feront les frais, mais également la rédaction, à nouveau. Car la reprise postulera la fermeture immédiate ou à court terme de certaines des éditions régionales du groupe.

Un autre scénario de reprise se traduirait par des pertes d’emplois plus limitées, qui ne nécessiteraient pas nécessairement un plan social en tant que tel, et sur le papier, il présente l’avantage d’ancrer le pluralisme de la presse quotidienne francophone en Belgique, en favorisant sa recomposition en deux groupes de force plus ou moins égale. Mais le tableau n’est pas aussi idyllique qu’il en a l’air.

Il pose tout d’abord la question de la pérennité financière du nouvel ensemble ainsi créé, par l’adjonction au repreneur de partenaires financiers privés, qui en attendront peut-être un retour sur investissement rapide. Et il pose, malgré tout aussi, mais en termes différents, la question du pluralisme de la presse. Car la pratique qui existe déjà en son sein est celle d’un partage large d’informations, politiques économiques ou sportives, qui fait que deux quotidiens que tout séparait au départ ne s’expriment désormais plus que d’une seule voix.

CorelioUn parallèle vécu personnellement illustre le propos. Il y a quelques années, pour traiter de la politique aéroportuaire et du transport aérien, il y avait quelques journalistes spécialisés en Flandre, dont l’un travaillait pour le Nieuwsblad, au sein du groupe Corelio, dont faisaient partie à l’époque les Éditions de l’Avenir.

De l’eau a depuis lors passé sous les ponts de l’Escaut et de la Meuse. Corelio a revendu les Éditions de l’Avenir à Tecteo en 2013, et s’est mué en Mediahuis, qui regroupe le Standaard, le Nieuwsblad, la Gazet van Antwerpen, et le Belang van Limburg. Le confrère est resté, d’autres ont été sacrifiés dans l’opération. Et par la suite, ses articles ont non seulement été publiés dans les quotidiens jumelés, le Standaard et le Nieuwsblad, mais aussi dans les quotidiens anversois et limbourgeois. Selon son inspiration, ses préférences, ou ses convictions, son opinion sur quelque problème que ce soit, a ainsi prévalu dans la moitié de la presse néerlandophone. Sans que plus aucun débat ne s’y ouvre, par exemple sur le survol de la zone du canal à Bruxelles, sur le développement de Ryanair à Bruxelles-National, ou sur l’intégration de Brussels Airlines dans la Lufthansa.

Voilà les risques liés à la vente des Éditions de l’Avenir à la fin de ce mois. Une vente qu’il faudra donc entourer de garde-fous, pour limiter les impacts à la fois sur l’emploi, et sur le pluralisme de la presse.

Un contrefeu classique, dans le cas d’un rapprochement entre journaux complémentaires, pourrait être dans la conception de rédactions transversales, sportive, économique, culturelle, politique, sociale, etc. Des sujets pourraient être plus richement couverts par des rédactions ainsi renforcées, avec, selon le cas, des articles différents selon les titres qui s’adressent à des publics différents, ou, dans un nombre limité de cas, des articles identiques déclinés dans différents journaux. L’objection à pareille mise en place sera vraisemblablement économique, mais la résistance la plus importante sera plus probablement psychologique: elle obligera à faire travailler ensemble des journalistes qui ne sont pas jusqu’ici vraiment concurrents, mais qui travaillent dans des quotidiens à la personnalité marquée, et à qui il faudra apprendre à vivre et à penser en commun.

Une autre recette plus ancienne consiste en la création d’une Fondation, chargée de défendre l’esprit d’un quotidien.

La référence classique, en Belgique, est la Fondation Hoste, côté flamand, qui veille à ce que les développements du Laatste Nieuws respectent les idéaux libéraux des fondateurs. Pareille tâche est évidemment plus aisée dans un contexte d’expansion, où le quotidien qu’elle protège, joue un rôle moteur. Dans un contexte défensif, où des impératifs économiques seront opposés à toute velléité de défendre un périmètre maximal, elle risque très vite de faire long feu.

L’étude McKinsey, commandée en son temps par l’ancien ministre wallon de l’Économie et communautaire des Médias Jean-Claude Marcourt, aujourd’hui président malgré lui du Parlement wallon, ne peut non plus être ignorée. Le document recommandait une mutualisation des moyens pour l’ensemble des quotidiens francophones de Belgique. Le centre d’impression de Rossel à Nivelles, où sont déjà imprimés les quotidiens du groupe L’Avenir, pourrait jouer ce rôle… pourvu qu’il puisse assurer l’ensemble des tirages, alors qu’il est déjà au bord de la saturation. Et surtout qu’il sorte du giron du groupe de presse actuellement dominant en Belgique francophone.

Reste la solution originale, à laquelle le personnel des Éditions de l’Avenir s’est attelé depuis plusieurs mois: celle d’une coopérative associant ce personnel aux lecteurs du quotidien, à des investisseurs locaux ou régionaux, et à des spécialistes des médias.

Les administrateurs d’Enodia et de Nethys ont déjà convenu de donner un rôle crucial à cette coopérative dans un processus de vente qui, par là même, sortira des schémas classiques. Le personnel politique lui-même, et notamment la nouvelle ministre communautaire des Médias, a manifesté son intérêt pour une initiative qui, pour ancienne qu’elle soit par sa forme, ouvre peut-être une voie nouvelle pour assurer l’avenir de la presse écrite quotidienne en Belgique francophone. Et surtout pour lui permettre d’explorer de nouvelles pistes de développement.

Pour la découvrir: https://www.notreavenir.coop/devenir-cooperateur/ Tous les soutiens sont utiles. Dès la part de base, à 50 euros. La contribution requiert un effort, certes. Mais, au regard d’autres dépenses, elle reste bien modeste, non?

Devons-nous jeter nos radios à la poubelle?


Cela fait quelque semaines déjà qu’une campagne de publicité, en radio, fait la promotion de la DAB+ et annonce la fin prochaine de la bande FM. Résultats des courses: les revendeurs ont déjà fourgué des tas de nouvelles radios à des auditeurs en mal de cadeaux de fin d’année, ou, peut-être, angoissés à l’idée de perdre bientôt leur chaîne favorite.

DAB+Ce matraquage publicitaire pour promouvoir la DAB+ s’est même traduit par un spot où les chaînes, qui se font une concurrence féroce et revendiquent la place de n°1 après chaque mesure d’audience, se sont associées, par animateurs-vedettes ou prétendus tels interposés, pour en plaider la cause.

Il y a toutefois plusieurs bémols à apporter à cette campagne.

Pour des raisons économiques et écologiques tout d’abord: on ne peut obliger tous les auditeurs à jeter aux ordures leurs radios actuelles pour les remplacer par des récepteurs convertis à la nouvelle norme. Et annoncer la fin de la bande FM dans cette perspective procède de la manoeuvre déloyale. Après tout, l’irruption de la bande FM elle-même n’a sonné la fin ni des ondes longues, ni des ondes moyennes, ni des ondes courtes. Même si, au bout de plusieurs décennies, elle y a considérablement réduit l’offre d’écoute.

Et puis, on a beau parer la DAB+ de toutes les qualités possibles, il y a quand même un problème. Pour en bénéficier dans mon véhicule, je peux attester d’une chose: la qualité du son est incontestablement meilleure par ce canal que par la bande FM classique. À condition… de le réceptionner. Car le DAB+ est beaucoup plus volatil que la bande FM, et il arrive fréquemment que, quand une source n’est plus disponible, pour des raisons physiques par exemple, la chaîne inaudible le soit toujours en bande FM.

Ainsi donc, la campagne publicitaire actuelle incite-t-elle en partie les usagers à acheter un chat dans un sac! La sagesse populaire enseigne qu’il est prudent, dans ce cas, de s’abstenir. Ou de vérifier au préalable le pelage du chat!

Décidément, il n’est pas de bon bec que de Paris


La vitalité d’Hélène Carrère d’Encausse, la célèbre historienne spécialiste de la Russie, mais surtout la secrétaire perpétuelle de l’Académie française, faisait plaisir à voir, samedi soir au «28 Minutes» d’Arte. À voir la manière pétillante dont cette nonagénaire s’exprime, on s’en prend à rêver à la jeunesse éternelle. Et puis, elle a fait au cours de cette émission une annonce qui semblait enfin annoncer que la vénérable Académie était entrée au XXIeme siècle: son célèbre Dictionnaire est désormais accessible en ligne, et modernité oblige, le site qui l’héberge permet de vérifier les variations de la signification des mots au fil des siècles: toutes les versions du dictionnaire de l’Académie sont en effet ainsi disponibles.

Le wallon vu par l'AcadémiePlein de curiosité, je me suis donc rendu ce dimanche sur le site du célèbre Dictionnaire, dont la consultation se fait par recherches de mots, et non par un défilé de pages. Et j’ai testé un adjectif que je connais bien: wallon. Hélas, hélas, hélas, comme le disait le général de Gaulle en condamnant le putsch du «quarteron de généraux» à Alger, j’ai bien dû constater qu’au quai Conti, on ramène toute la francophonie à l’Hexagone, et que, pour immortels qu’ils soient, les Académiciens souffrent décidément de myopie!

Or donc, pour ces éminences, le wallon ne serait qu’un «dialecte français».

Qu’en termes peu choisis cette chose-là est dite. Et quelle ignorance. Le wallon n’est pas un «dialecte» et encore moins un «dialecte du français», c’est une langue romane, issue du latin au même titre que le roumain, l’italien, l’espagnol, le portugais ou… le français. Comme l’a un jour très joliment dit Julos Beaucarne, le chanteur et poète wallon, le wallon est «le latin venu à pied du fond des âges».

Sa grammaire et son vocabulaire diffèrent fondamentalement du français, même si la méconnaissance malheureusement croissante du wallon font qu’il se «francise» de plus en plus. Mais tout de même, les francophones, de France, de Navarre, ou d’ailleurs, pourraient-ils comprendre des mots comme «språtchi, «pirlotche», «ète», «fawe» ou «si dispièrter» (*)?

Au moins, ce dernier mot serait-il probablement compris en Espagne, où quelqu’un qui se réveille… se desperta!

Il n’est de bon bec que de Paris, disait-on jadis. Il semble bien qu’aujourd’hui, les becs parisiens ont perdu de leur sens du goûter.

La remarque vaut sur le plan culturel.

Mais à l’heure où certains professent des thèses rattachistes en assurant que la Wallonie, le cas échéant, recevrait à coup sûr un traitement réservé lors de son intégration dans la République française, il y a là comme qui dirait un sérieux bémol qui se profile.

(*) Pour les «non-Wallonophones»: «écraser»; «chaire de vérité»; «cimetière»; «hêtre»; «se réveiller»

Donald Trump préside-t-il le Standard?


 

Le président des États-Unis, Donald Trump, dont on connaît la haine qu’il a pour les journalistes indépendants occuperait-il également le fauteuil présidentiel au Standard de Liège ? C’est la question que je me pose, non à voir la cravate qu’il arbore, mais depuis que j’ai découvert, hier, la censure que le club de Sclessin impose depuis plusieurs mois aux journalistes de l’hebdomadaire Sport Magazine qu’il ne tolère plus que, contraint et forcé, dans La tribune de presse de son stade. Mais au-delà, désormais, les dirigeants du club refusent tout contact, avec eux-mêmes ou avec les joueurs, à qui ils interdisent même de répondre à des journalistes de Sport Magazine en-dehors du périmètre du stade, piétinant au passage la liberté d’expression de leurs salariés comme ils méprisent une nouvelle fois la liberté de la presse.

Le Standard de Liège est en effet un multirécidiviste en la matière. Il y a un quart de siècle environ, c’est un excellent confrère de « La Dernière Heure-Les Sports » qui avait été frappé des mêmes interdits imbéciles. Malheureusement pour les dirigeants « rouches » de l’époque, le gaillard savait se défendre et au bout de moins d’un mois, avec le soutien de ses confrères, il forçait la levée de cette sanction professionnelle.

Sport Magazine a été lui-même plus d’une fois victime de la vindicte du Standard de Liège, ou d’autres clubs professionnels, dont le Sporting de Charleroi sauf erreur de ma part. Là aussi, la solidarité professionnelle avait pu faire rapporter ces mesures… et aussi les sponsors du Sporting, inquiets de voir que les quotidiens ne publiaient plus des photos des Zèbres que s’ils ne jouaient pas au Mambourg.

À chaque fois, le prétexte invoqué est identique: les journalistes ont osé écrire quelque chose qui ne plaisait pas à la direction du club. Car c’est bien connu, les journalistes, sportifs en l’occurrence, ne sont bienvenus que quand ils passent une brosse à reluire, qui, au Standard de Liège, sert souvent à l’égard d’un vice-président-entraîneur, même quand il raconte n’importe quoi. Par exemple en reprochant à un adversaire réputé moins fort que son équipe d’avoir eu le front de prendre des précautions défensives. Voire, quand une équipe ne se laisse pas vaincre par les « Rouches » de reprocher à ses joueurs d’avoir mis trop d’engagement dans la conquête du ballon.

Ce qui inquiète, ici, c’est que le président du Standard de Liège est un homme d’affaires qui a réussi. D’accord, ce n’est pas un signe de largeur d’esprit, si on s’en réfère à l’ex-patron d’une société toujours provisoirement actionnaire du journal qui (air connu) m’emploie et ne me rémunère pas suffisamment à mon goût, et qui est par ailleurs un des sponsors du sport liégeois en général, du Standard de Liège en particulier.

Ce n’est tout de même pas une raison pour subir une forme de censure interdite depuis 1831 par l’article 25 de la Constitution, et qu’on ne s’autoriserait pas dans d’autres secteurs du journalisme, comme par exemple le journaliste politique. Du moins pas sans dommages: depuis qu’il a boycotté la plupart des médias francophones, l’image de Bart De Wever s’est dégradée en Wallonie. À l’inverse, un Théo Francken s’est moqué des attaques dont il faisait l’objet et a ainsi réussi à devenir un des hommes politiques (hélas) les plus populaires en Wallonie.

Une dernière chose: dans le passé , comme dit plus haut, la solidarité professionnelle a ramené à la raison les dirigeants de clubs les plus bornés. S’étiolerait-elle chez les consœurs et confrères sportifs? L’attaque récente, peu confraternelle, du rédacteur en chef de Sport Magazine, contre les journalistes qui avaient obtenu une interview du président du Standard de Liège, et dont il supposait qu’ils lui avaient au préalable soumis leurs questions n’a pas aidé à la susciter, évidemment.

L’association des journalistes sportives ne pourrait-elle toutefois intervenir? Voire les autorités politiques, notamment liégeoises, puisqu’elles sont sollicitées pour assurer l’ordre lors des rencontres de football?

Paradoxe: le gouvernement flamand s’en prend à sa propre Culture


Loin de nous l’idée de comparer Jan Jambon au leader des Jeunesses hitlériennes, Baldur von Schirach. Mais de même que ce triste sire avait paraphrasé une réplique de la pièce Schlageter, créée en 1933, où un étudiant nazi s’écriait « Quand j’entends le mot Culture, j’enlève le cran d’arrêt de mon Browning », se référant à l’inanité de promotion culturelle dans un pays occupé, le nouveau ministre-président (N-VA) flamand pourrait déclarer que quand il entend le mot Culture, il «sort son « croc à phynances » » (Alfred Jarry).

Jan Jambon champion au jeuC’est que les dernières nouvelles venues du nord du pays font douter que la Culture figure bien parmi les attributions de l’ancien ministre fédéral de l’Intérieur, grand amateur de vidéo comme l’a démontré le débat sur sa déclaration de politique régionale au Vlaams Parlement (cf. un billet antérieur sur ce blog): l’annonce de la réduction de 8,47 à 3,39 millions (-60%) des subsides culturels flamands a mis en ébullition tout le secteur culturel flamand.

Jan Jambon n’est pas le seul ministre à sabrer de la sorte dans des subsides culturels: juste avant cette annonce forte, c’est le tout frais émoulu ministre flamand des Benjamin DalleMédias, Benjamin Dalle (CD&V), qui ava!t annoncé la suppression pure et simple du soutien public au Vlaams Journalistiek Fonds, une initiative lancée l’année dernière par son prédécesseur libéral et bruxellois Sven Gatz, qui l’avait dotée de 550000 euros, pour promouvoir l’enquête journalistique.

Le Vlaams Journalistiek Fonds était (est) une initiative commune du Département flamand de la Culture, de la Jeunesse et des Médias, de la Vlaamse Vereniging van Journalisten (VVJ) et de l’asbl Journalismfund.eu.

Cette dernière asbl est une initiative privée vieille d’une vingtaine d’années: elle portait à l’origine le nom de Fonds Pascal Decroos pour l’investigation journalistique. Elle avait été créée en souvenir d’un journaliste flamand décédé le 2 décembre 1997 à l’âge de 33 ans.  Depuis 1998, elle a distribué 3304987 euros en soutien à 671 projets, menés par 852 journalistes. Elle a sans doute inspiré le Fonds créé plus tard en Communauté française pour stimuler une investigation journalistique de plus en plus délaissée par les directions des médias, au sud comme au nord du pays.

Auparavant aussi, il y avait eu l’annonce d’une réduction drastique des moyens attribués à la VRT, doublées d’une injonction faite à la radio-télévision publique flamande de promouvoir le «canon flamand», entendez l’identité flamande.

Il y a donc un singulier paradoxe, dans le chef du nouveau gouvernement flamand, d’exiger une promotion de la Culture flamande, en lui retirant l’essentiel de son soutien financier. Comme s’il était possible de faire plus en en faisant moins?

À moins que le propos ne soit de concentrer les  maigres subsides restants sur des projets bien précis, comme l’a laissé entendre Jan Jambon? Tout cela paraît décidément cousu de câble blanc: on devine déjà quels projets et quelles institutions culturelles bénéficieront du soutien de ce gouvernement hyper-nationaliste. D’autant que l’investigation journalistique indépendante, elle, s’est simultanément vu pratiquement couper les ailes.

Cette situation relève aussi d’une certaine  ironie, si l’on s’en réfère à l’histoire du mouvement flamand, soutenu par des Fonds, d’inspiration chrétienne, libérale, et socialiste (Davidsfonds, Vermeleynfonds, Willemsfonds), dont l’activité principale était de soutenir la Culture flamande menacée par l’expansion du français. Pour rappel, la réforme constitutionnelle de 1970, qui a lancé le processus de fédéralisation du pays, satisfaisait la revendication flamande de création de Communautés culturelles. Et elle avait été précédée de la campagne flamingante contre l’université catholique francophone de Louvain, coupable de répandre et d’illustrer la Culture française, sur le Heilige Vlaamse grond.

Près de cinq décennies plus tard, c’est l’autorité flamande elle-même qui rompt le cou à cette autonomie culturelle. Ce n’est pas forcément rassurant, car la Culture, par essence, favorise la diversité des opinions. Et les milieux culutrels sont souvent contestataires. Est-ce cela qui inquiète tant Jan Jambon?

Li walon so VivaCité a ritrôvé si deuzin-me soffle!


Stoemp, péket et des rawètesSi, dans un autre billet, j’ai critiqué la « ertéellisation » de VivaCité, en soulignant que l’audiovisuel public fait fausse route quand il adopte le ton et les pratiques de l’audiovisuel privé, il m’est par contre beaucoup plus agréable de souligner le nouveau souffle qui, le lundi soir, anime les anciennes émissions wallonnes, regroupées désormais sous le label très « Fédération Wallonie-Bruxelles », « Stoemp, péket et des rawètes ».

La pratique du wallon recule de plus en plus, malgré la vitalité nouvelle de nombreuses troupes théâtrales d’amateurs, et c’est dommage. Car le wallon, ce « latin venu à pied du fond des âges« , pour reprendre la belle expression de Julos Beaucarne, a une richesse propre, qui ne porte nul préjudice à la connaissance approfondie et à la pratique correcte du français, dont il est le cousin, au même titre que du portugais, de l’espagnol (où « se réveiller » se dit « despertarse », tellement proche du wallon « si dispièrté »), de l’italien, ou du roumain.

Depuis toujours, VivaCité, ou plus exatement la deuxième chaîne de la radio publique a soutenu la défense du wallon: personne n’a oublié les célèbres « Mots wallons » de notre excellent ancien confrère Guy Fontaine.

Ce conteur hors norme parti, une autre formule avait pris le relais, avec des décrochages régionaux pour protéger les différentes versions du wallon, et, petit à petit, la formule s’était érodée.

« Stoemp, péket et des rawètes » est partie d’un bon pied: le ton est alerte, les échanges vifs, et le programme est commun à tous les auditeurs wallons. Manière de découvrir d’un coin à l’autre de la Wallonie, la richesse des différentes déclinaisions du wallon.

Bon, la programmation en début de soirée ne favorise pas la grande écoute. Et la limitation à une soirée des programmes en wallon situe VivaCité loin en-deçà des soirées en « platt deutsch » de la radio publique limbourgeoise néerlandaise. Il est vrai qu’à Maastricht et dans la région, y compris les Fourons, le « platt » est toujours une langue vivante, que l’on entend aussi au cours des soirées carnavalesques de Cologne. Mais l’amélioration est à saluer. En espérant qu’elle encourage les jeunes acteurs de théâtre wallon, qui disent parfois des textes qu’ils ne comprennent que peu, à persévérer, et à aider, eux aussi, à la sauvegarde de cette part linguistique de notre patrimoine culturel.

 

https://www.rtbf.be/auvio/detail_stoemp-peket-et-des-rawettes?id=2545334&jwsource=cl

VivaCité s’« ertéellise »-t-elle?


On se souvient des remous suscités naguère par l’émission « C’est vous qui le dites » sur VivaCité. Le recadrage est passé essentiellement par le remplacement de l’animateur, par un (relatif) changement de ton et sans doute aussi par un choix plus resserré de thèmes de débat.

On pensait qu’avec cet épisode, la deuxième chaîne de la radio publique avait compris qu’il ne lui servait à rien de glisser sur le modèle du privé, de s’« ertéelliser » en quelque sorte. Naïf que nous étions: avec les transferts massifs d’animateurs de Bel RTL vers VivaCité -le dernier en date, André Torrent, annoncé sur une nouvelle déclinaison de Viva, Viva+, à écouter «au petit déjeûner»- le mouvement a repris de plus belle.

VivaCitéAinsi, en début de soirée, une nouvelle émission est apparue, « C’est pas fini», qui est un copié/collé d’une émission à laquelle Bel RTL avait mystérieusement fin l’an dernier, et qui s’intitulait « On refait le monde!». Rien d’étonnant à cela, puisque l’animateur de cette émission a fait retour de la radio privée à la radio publique, après avoir effectué, il y a quelques années, le chemin en sens inverse.

Même animateur, même canevas, et mêmes débats, qui flirtent souvent avec un poujadisme ambiant: plus ça change, et plus ce serait la même chose sur Viva? Avec un simple glissement de la tranche du matin à cetlele de l’avant-soirée?

On ne discute pas des goûts et des couleurs, ou des goûts et des sons, m’opposera-t-on. Il n’empêche, quand l’audiovisuel public adopte les pratiques de l’audiovisuel privé, n’y aurait-il pas comme une confusion des genres?