Face au FN, des réponses invariables depuis plus de trente ans


Cruel exercice que celui effectué par la télévision française hier: elle a enregistré les réactions des politiques de gauche et de droite à la victoire du Front National aux élections régionales de ce dimanche. Leur réponse a été quasi unanime: «on a compris la colèrel’exaspération, ont dit d’autres- des Français».
Le hic, c’est que leurs prédécesseurs, en 1984, avaient eu exactement le même commentaire, quand le Front National de Jean-Marie Le Pen avait frappé un grand coup, en décrochant quelque 10% aux élections européennes de cette année-là. campagne-fn-1984C’était l’époque, on s’en souvient, où la majorité dirigée par feu François Mitterrand avait introduit une bonne dose de représentation proportionnelle en France, dans un calcul machiavélique pour embarrasser la droite: le couvercle, aujourd’hui, est retombé sur le nez de toute la classe politique française.

Rebelote en 2002: à la consternation générale, Jean-Marie Le Pen impose sa présence au deuxième tour de l’élection présidentielle. La France est commotionnée, et les responsables politiques, de gauche comme de droite, expliquent qu’ils ont pris la mesure de «l’exaspération» («de la colère», diront d’autres), des Français.FN-2002-anti-et-pro_scalewidth_906

Jacques Chirac bénéficiera de l’indignation populaire pour se faire réélire dans un fauteuil: il oubliera malencontreusement que des voix de gauche et de droite ont écarté Le Pen de l’Élysée.

Les médias ne sont pas en reste: ce soir, «La Première» diffusait dans «Face à l’Info» une enquête en PACA auprès de sympathisants des Républicains, qui finissaient par se dire fort proches du Front National et à estimer que Marion Maréchal-Le Pen mériterait peut-être de se voir donner une chance de diriger la Région (et tant pis pour les habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur!). Il y a treize ans, après le choc de l’élimination de Lionel Jospin par Jean-Marie Le Pen, l’émission «Là-bas, si j’y suis», depuis lors bannie de l’antenne de France Inter, était partie à la rencontre des électeurs qui avaient donné leur voix à l’extrême-droite française. On y avait, déjà, entendu les habitants de petits villages où ne vivaient aucun étranger vitupérer contre l’excès d’immigrants en France…

Car cette colère, cette exaspération, qui habiterait les Français depuis trois décennies, ne peut évidemment avoir les mêmes causes aujourd’hui qu’avant-hier. Les récents attentats meurtriers de Paris ont probablement pesé sur le vote de ce dimanche, au premier tour des régionales de 2015, mais auparavant?

La mondialisation de l’économie a coûté de nombreux emplois en France… comme ailleurs, ces dernières années: était-ce déjà le cas en 2002 ou en 1984?

Ou alors, doit-on en conclure que les messages de rejet distillés par l’extrême-droite sont de plus en plus efficaces, mais remuent toujours un fond raciste qui, hélas, sommeille peut-être au plus profond de la plupart d’entre nous?

La responsabilité des politiques n’en est pas moins écrasante. Depuis trente ans, ils n’ont donc pas trouvé le moyen de répondre aux arguments populistes de l’extrême-droite? Il est assez stupéfiant, par exemple de voir comment, au cours de cette campagne électorale, personne n’a repris de volée jusqu’ici les candidat(e)s frontistes, en épinglant dans leur programme tout ce qui est contraire aux droits de l’Homme. Et elles sont nombreuses les propositions indécentes que ce programme véhicule!

Les médias, eux aussi, ne doivent pas éluder leur responsabilité. Il n’y a guère, sur ce blog,  j’épinglais la manière dont certains, de semaine en semaine, martelaient que la Belgique allait être confrontée à un afflux incontrôlable de candidats réfugiés. Cette manière de présenter les choses, sans recul, apporte de l’eau au moulin de l’extrême-droite. Non qu’il faille taire le problème des réfugiés, qui, quelles que soient leur motivation, voient dans l’Europe leur seule planche de salut. L’Union européenne, pour rappel, compte 508 millions d’habitants: s’il débarquait même 5 millions de réfugiés, ils ne représenteraient qu’1% de ce total. Impossible à absorber, vraiment? Je n’ai que très rarement lu, vu, ou entendu cette simple notion statistique. Et le Front National en a profité pour déverser ses tombereaux d’hostilité. Mêmes causes, mêmes effets…

Publicités

L’Europe s’est exprimée, à ses responsables de répondre!


L’Europe a répondu en masse dans la rue ce dimanche aux intégristes qui espéraient lui faire peur et lui imposer le silence. Le nombre des manifestants était particulièrement imposant à Paris, mais ce qui est peut-être surtout significatif, ce sont les défilés qui se sont déroulés simultanément dans d’autres villes françaises, et surtout, en même temps, dans de multiples villes européennes, grandes, moyennes, et petites.

Manifestation ParisC’est la première fois, sans doute, que l’opinion européenne s’exprime de manière aussi claire, sur tout le continent: l’événement, en soi, est un démenti fort à tous les «eurosceptiques» qui, du Front National de Marine Le Pen à l’Ukip de Nigel Farage et à l’Alternativ für Deutschland ne jurent que par le repli nationaliste frileux.

Et, au-delà de l’hommage qu’ils voulaient exprimer aux victimes des actes criminels de la semaine, les citoyens européens se sont ainsi exprimés sans équivoque pour la liberté d’opinion, la liberté de la presse, et la volonté de vivre ensemble.

Tous les politiques qui défilaient en tête de cortège aux côtés du président français, François Hollande, ne sont pas des parangons de respect de la liberté de la presse: en Hongrie, en Russie, ou, comme déjà dit ici, en Turquie, les journalistes ont la vie dure.

Mais, justement, le succès de ces manifestations diverses imposent aujourd’hui aux dirigeants européens de répondre à l’affirmation ainsi fermement posée. La répression nécessaire du terrorisme obscurantiste, qui ne sévit pas qu’en Europe (cf. les assassinats de masse de ce week-end au Nigeria) ne peut se faire au détriment de la liberté d’expression. Et la réponse doit nécessairement être apportée au niveau européen. Car le terrorisme n’a pas de frontière. Et parce que, depuis ce dimanche, c’est l’opinion européenne qui la réclame.