Li walon so VivaCité a ritrôvé si deuzin-me soffle!


Stoemp, péket et des rawètesSi, dans un autre billet, j’ai critiqué la « ertéellisation » de VivaCité, en soulignant que l’audiovisuel public fait fausse route quand il adopte le ton et les pratiques de l’audiovisuel privé, il m’est par contre beaucoup plus agréable de souligner le nouveau souffle qui, le lundi soir, anime les anciennes émissions wallonnes, regroupées désormais sous le label très « Fédération Wallonie-Bruxelles », « Stoemp, péket et des rawètes ».

La pratique du wallon recule de plus en plus, malgré la vitalité nouvelle de nombreuses troupes théâtrales d’amateurs, et c’est dommage. Car le wallon, ce « latin venu à pied du fond des âges« , pour reprendre la belle expression de Julos Beaucarne, a une richesse propre, qui ne porte nul préjudice à la connaissance approfondie et à la pratique correcte du français, dont il est le cousin, au même titre que du portugais, de l’espagnol (où « se réveiller » se dit « despertarse », tellement proche du wallon « si dispièrté »), de l’italien, ou du roumain.

Depuis toujours, VivaCité, ou plus exatement la deuxième chaîne de la radio publique a soutenu la défense du wallon: personne n’a oublié les célèbres « Mots wallons » de notre excellent ancien confrère Guy Fontaine.

Ce conteur hors norme parti, une autre formule avait pris le relais, avec des décrochages régionaux pour protéger les différentes versions du wallon, et, petit à petit, la formule s’était érodée.

« Stoemp, péket et des rawètes » est partie d’un bon pied: le ton est alerte, les échanges vifs, et le programme est commun à tous les auditeurs wallons. Manière de découvrir d’un coin à l’autre de la Wallonie, la richesse des différentes déclinaisions du wallon.

Bon, la programmation en début de soirée ne favorise pas la grande écoute. Et la limitation à une soirée des programmes en wallon situe VivaCité loin en-deçà des soirées en « platt deutsch » de la radio publique limbourgeoise néerlandaise. Il est vrai qu’à Maastricht et dans la région, y compris les Fourons, le « platt » est toujours une langue vivante, que l’on entend aussi au cours des soirées carnavalesques de Cologne. Mais l’amélioration est à saluer. En espérant qu’elle encourage les jeunes acteurs de théâtre wallon, qui disent parfois des textes qu’ils ne comprennent que peu, à persévérer, et à aider, eux aussi, à la sauvegarde de cette part linguistique de notre patrimoine culturel.

 

https://www.rtbf.be/auvio/detail_stoemp-peket-et-des-rawettes?id=2545334&jwsource=cl

Publicités

VivaCité s’« ertéellise »-t-elle?


On se souvient des remous suscités naguère par l’émission « C’est vous qui le dites » sur VivaCité. Le recadrage est passé essentiellement par le remplacement de l’animateur, par un (relatif) changement de ton et sans doute aussi par un choix plus resserré de thèmes de débat.

On pensait qu’avec cet épisode, la deuxième chaîne de la radio publique avait compris qu’il ne lui servait à rien de glisser sur le modèle du privé, de s’« ertéelliser » en quelque sorte. Naïf que nous étions: avec les transferts massifs d’animateurs de Bel RTL vers VivaCité -le dernier en date, André Torrent, annoncé sur une nouvelle déclinaison de Viva, Viva+, à écouter «au petit déjeûner»- le mouvement a repris de plus belle.

VivaCitéAinsi, en début de soirée, une nouvelle émission est apparue, « C’est pas fini», qui est un copié/collé d’une émission à laquelle Bel RTL avait mystérieusement fin l’an dernier, et qui s’intitulait « On refait le monde!». Rien d’étonnant à cela, puisque l’animateur de cette émission a fait retour de la radio privée à la radio publique, après avoir effectué, il y a quelques années, le chemin en sens inverse.

Même animateur, même canevas, et mêmes débats, qui flirtent souvent avec un poujadisme ambiant: plus ça change, et plus ce serait la même chose sur Viva? Avec un simple glissement de la tranche du matin à cetlele de l’avant-soirée?

On ne discute pas des goûts et des couleurs, ou des goûts et des sons, m’opposera-t-on. Il n’empêche, quand l’audiovisuel public adopte les pratiques de l’audiovisuel privé, n’y aurait-il pas comme une confusion des genres?

 

La politique réservée à des intégristes?


Le Premier ministre canadien, en campagne électorale, est sans doute condamné à s’excuser vingt fois par jour jusqu’au jour du scrutin. Ou alors devra-t-il se vêtir d’un sac de jute, se couvrir la tête de cendres, et partir à pied jusqu’à Saint Jacques de Compostelle?

Car, dans sa jeunesse, Justin Trudeau a commis un crime irréparable : il s’est plus d’une fois grimé le visage en noir. Tantôt pour incarner Aladin, tantôt le chanteur noir américain Harry Belafonte.

Dix-huit ans plus tard, ces photos et vidéos ressortent avec la complicité, hélas, d’un magazine américain, Time, que je n’imaginais pas tomber aussi bas dans la stigmatisation politique.

Aussitôt la fièvre s’empare de la société et du monde politique canadien. Les leaders de l’opposition, dont l’un, au parti néo-démocrate, est issu de la minorité sikhe, stigmatise le racisme de Justin Trudeau. Et ce dernier, plutôt que d’envoyer au Caire tous ses contempteurs, se confond en excuses, se disant « déçu par lui-même », admettant que lui n’a jamais été victime de discrimination raciale et qu’il comprend aujourd’hui l’ampleur de sa faute,etc. etc

Et qu’importe si, dans sa fonction, il a prôné sans relâche le multiculturalisme et l’accueil des migrants, qu’importe s’il a nommé des ministres issues des minorités, le voilà condamné sans appel. « Quand on a été raciste en 2001, on l’est toujours en 2019 » a asséné le chef du parti conservateur.

Que des hommes et femmes politiques soient parfois rattrapé(e)s par des délits commis avant d’arriver aux fonctions qu’ils et elles occupent fait partie des risques du métier. Tantôt il est question de pots de vin encaissés, tantôt de la présentation de diplômes jamais obtenus: ces faits relèvent de l’application de la loi, et il est normal, s’ils ne sont pas prescrits, de les poursuivre. La justice, heureusement, aujourd’hui, à moins de déférence pour le pouvoir qu’elle n’en a éventuellement eu dans le passé et, sous l’angle de la démocratie et de l’assainissement des mœurs politiques, on ne s’en plaindra pas.

Dans le cas de Justin Trudeau, on n’est pas dans ce cas de figure, car les faits qu’on lui reproche ne sont pas légalement condamnables. Et surtout, on regarde une nouvelle fois le passé avec des lunettes du présent où le politiquement correct s’impose de plus en plus comme une censure insidieuse et impitoyable.

Certes, on peut considérer aujourd’hui que feu Fernandel stigmatisait les gays quand il chantait « Zizi » dans les années 50-60 et faisait s’écrouler de rire ses fans, et que cet humour était et est inapproprié voire insultant. La reprendre aujourd’hui serait inconvenant à tout le moins, voire punissable. Mais feu un Pierre Desproges qui s’interrogerait aujourd’hui sur la présence de Juifs dans son public s’exposerait à une campagne de dénonciation et de stigmatisation sur la toile.

Le Web charrie le meilleur et le pire. Il permet de débusquer des comportements inappropriés de puissants. Mais il porte aussi le risque d’une mise à l’index beaucoup plus inquiétante que celle de l’Église catholique aux XVe et XVIe siècles.

Et, pour en revenir à Justin Trudeau, pour lequel je n’ai ni sympathie, ni antipathie, ne doit-on pas le juger sur la politique qu’il a menée plutôt que sur ses blagues de potaches de jeune adulte?

Quand tous les dégoûtés seront partis, il ne restera que les dégoûtants, dit un célèbre aphorisme politique. Il ne faudrait pas que demain la politique soit réservée à des intégristes déshumanisés qui, pour paraphraser Laubadermont, (« Qu’on me donne six lignes écrites de la main du plus honnête homme de France, et j’y trouverai de quoi le faire pendre ») se saisiront, à l’ère d’Internet, d’une phrase,d’une photo ou d’une vidéo, pour exécuter politiquement leurs opposants. Et mettre fin à toute pensée libre ou décalée

Stéphane Moreau parti, que subsistera-t-il de Nethys?


 

Ainsi donc, le départ de Stéphane Moreau, l’administrateur-délégué de Nethys, réclamé en vain depuis trois ans par l’autorité wallonne, serait prochain, si on doit en croire les confidences de Pierre Meyers, le président du conseil d’administration de la société au Soir de ce jour?

Cette sortie de scène avant que les nouvelles procédures envisagées, après examens et débats d’usage, par le Parlement wallon et par Pierre-Yves Dermagne, le tout nouveau ministre régional des Pouvoirs locaux, ne puissent arriver à leur terme, correspondrait assez au personnage, qui se croit ou se sait hors d’atteinte. Une forme de pied de nez ultime…

Mais surtout, avec les révélations en chaîne des offres liantes conclues pour la vente du réseau VOO au fonds d’investissement états-unien Equity Providence et pour celle de WIN, la filiale de Nethys en charge des nouvelles technologies à la société Ardentia Tech créée ensuite par François Fornieri, administrateur de Nethys, qui en a confié la gestion quotidienne à Stéphane Moreau dans un parfum de double conflit d’intérêts; après l’annonce de la cession prochaine d’Elicio, la filiale « Énergies nouvelles » de Nethys à un consortium formé de John Cockerill, ci-devant CMI et… Ardentia Tech à nouveau, puis avec les récentes envisagées de la compagnie d’assurance L’Intégrale –peut-être à DKV, mais la piste d’un rapprochement avec APICIL, mutualité française déjà actionnaire de L’Intégrale, est évoqué par Nethys- et in fine le dégagement de Nethys des Éditions de l’Avenir (une décision qui ne désolerait pas leurs rédactions), c’est à un nettoyage industriel par le vide que le patron de Nethys semble occupé essentiellement pour l’instant.

Une fois cette coquille vide, et NewCo1, où est actuellement logée la marque VOO tranformée en instrument financier, sur le mode de Finanapart, dont la suppression vient d’être décidée, il n’aurait évidemment que peu de raisons d’y rester.

Reste l’ironie des commentaires des responsables politiques qui défendaient naguère sa gestion malgré ses errements en plaidant que la direction du câble wallon restait en Wallonie alors que celle du câble flamand était depuis longtemps entre mains états-uniennes. Et, si nous étions échevin des Finances d’une commune liégeoise, des questions nous tarauderaient sur l’usage qui a été fait des investissements réalisés à l’époque lointaine où l’Association Liégeoise d’Électricité était dirigée par des responsables pénétrés de l’idée de l’initiative publique. Et qui en investissant dans la câblo-distribution il y a un demi-siècle, étaient encore bien plus visionnaires qu’ils ne le pensaient

Retrait prudent

Un rebondissement: Stéphane Moreau a annoncé son retrait de la structure d’Ardentia Tech. Manière d’écarter définitivement tout soupçon de conflit d’intérêt, malgré les assurances données en la matière par le président du conseil d’administration de Nethys, Pierre Meyers? Ce dernier a pourtant donné toutes les assurances que les dispositions du Code des entreprises ont été respectées, sous le regard d’éminents avocats.

Mais reste peut-être une forme de délit d’initiés. L’infraction ne touche qu’à des sociétés cotées (la désormais ex-patronne de Proximus en fait l’expérience pour l’instant), mais il n’empêche, dans les opérations annoncées, il doit y avoir eu comme une distorsion de concurrence: au moment où le conseil d’administration de Nethys a décidé de vendre les filiales concernées, un de ses administrateurs a pu les racheter avant que la mise en vente ne soit officiellement annoncée. D’autres amateurs potentiels se sont depuis lors fait connaître, et on estimé que le prix de vente de ces filiales était sous-estimé. On attendra les avis des experts mandatés par le conseil d’administration d’Enodia, puis un éventuel débat au Parlement wallon, pour savoir le fin mot de cette histoire.