Décidément, il n’est pas de bon bec que de Paris


La vitalité d’Hélène Carrère d’Encausse, la célèbre historienne spécialiste de la Russie, mais surtout la secrétaire perpétuelle de l’Académie française, faisait plaisir à voir, samedi soir au «28 Minutes» d’Arte. À voir la manière pétillante dont cette nonagénaire s’exprime, on s’en prend à rêver à la jeunesse éternelle. Et puis, elle a fait au cours de cette émission une annonce qui semblait enfin annoncer que la vénérable Académie était entrée au XXIeme siècle: son célèbre Dictionnaire est désormais accessible en ligne, et modernité oblige, le site qui l’héberge permet de vérifier les variations de la signification des mots au fil des siècles: toutes les versions du dictionnaire de l’Académie sont en effet ainsi disponibles.

Le wallon vu par l'AcadémiePlein de curiosité, je me suis donc rendu ce dimanche sur le site du célèbre Dictionnaire, dont la consultation se fait par recherches de mots, et non par un défilé de pages. Et j’ai testé un adjectif que je connais bien: wallon. Hélas, hélas, hélas, comme le disait le général de Gaulle en condamnant le putsch du «quarteron de généraux» à Alger, j’ai bien dû constater qu’au quai Conti, on ramène toute la francophonie à l’Hexagone, et que, pour immortels qu’ils soient, les Académiciens souffrent décidément de myopie!

Or donc, pour ces éminences, le wallon ne serait qu’un «dialecte français».

Qu’en termes peu choisis cette chose-là est dite. Et quelle ignorance. Le wallon n’est pas un «dialecte» et encore moins un «dialecte du français», c’est une langue romane, issue du latin au même titre que le roumain, l’italien, l’espagnol, le portugais ou… le français. Comme l’a un jour très joliment dit Julos Beaucarne, le chanteur et poète wallon, le wallon est «le latin venu à pied du fond des âges».

Sa grammaire et son vocabulaire diffèrent fondamentalement du français, même si la méconnaissance malheureusement croissante du wallon font qu’il se «francise» de plus en plus. Mais tout de même, les francophones, de France, de Navarre, ou d’ailleurs, pourraient-ils comprendre des mots comme «språtchi, «pirlotche», «ète», «fawe» ou «si dispièrter» (*)?

Au moins, ce dernier mot serait-il probablement compris en Espagne, où quelqu’un qui se réveille… se desperta!

Il n’est de bon bec que de Paris, disait-on jadis. Il semble bien qu’aujourd’hui, les becs parisiens ont perdu de leur sens du goûter.

La remarque vaut sur le plan culturel.

Mais à l’heure où certains professent des thèses rattachistes en assurant que la Wallonie, le cas échéant, recevrait à coup sûr un traitement réservé lors de son intégration dans la République française, il y a là comme qui dirait un sérieux bémol qui se profile.

(*) Pour les «non-Wallonophones»: «écraser»; «chaire de vérité»; «cimetière»; «hêtre»; «se réveiller»

Li walon so VivaCité a ritrôvé si deuzin-me soffle!


Stoemp, péket et des rawètesSi, dans un autre billet, j’ai critiqué la « ertéellisation » de VivaCité, en soulignant que l’audiovisuel public fait fausse route quand il adopte le ton et les pratiques de l’audiovisuel privé, il m’est par contre beaucoup plus agréable de souligner le nouveau souffle qui, le lundi soir, anime les anciennes émissions wallonnes, regroupées désormais sous le label très « Fédération Wallonie-Bruxelles », « Stoemp, péket et des rawètes ».

La pratique du wallon recule de plus en plus, malgré la vitalité nouvelle de nombreuses troupes théâtrales d’amateurs, et c’est dommage. Car le wallon, ce « latin venu à pied du fond des âges« , pour reprendre la belle expression de Julos Beaucarne, a une richesse propre, qui ne porte nul préjudice à la connaissance approfondie et à la pratique correcte du français, dont il est le cousin, au même titre que du portugais, de l’espagnol (où « se réveiller » se dit « despertarse », tellement proche du wallon « si dispièrté »), de l’italien, ou du roumain.

Depuis toujours, VivaCité, ou plus exatement la deuxième chaîne de la radio publique a soutenu la défense du wallon: personne n’a oublié les célèbres « Mots wallons » de notre excellent ancien confrère Guy Fontaine.

Ce conteur hors norme parti, une autre formule avait pris le relais, avec des décrochages régionaux pour protéger les différentes versions du wallon, et, petit à petit, la formule s’était érodée.

« Stoemp, péket et des rawètes » est partie d’un bon pied: le ton est alerte, les échanges vifs, et le programme est commun à tous les auditeurs wallons. Manière de découvrir d’un coin à l’autre de la Wallonie, la richesse des différentes déclinaisions du wallon.

Bon, la programmation en début de soirée ne favorise pas la grande écoute. Et la limitation à une soirée des programmes en wallon situe VivaCité loin en-deçà des soirées en « platt deutsch » de la radio publique limbourgeoise néerlandaise. Il est vrai qu’à Maastricht et dans la région, y compris les Fourons, le « platt » est toujours une langue vivante, que l’on entend aussi au cours des soirées carnavalesques de Cologne. Mais l’amélioration est à saluer. En espérant qu’elle encourage les jeunes acteurs de théâtre wallon, qui disent parfois des textes qu’ils ne comprennent que peu, à persévérer, et à aider, eux aussi, à la sauvegarde de cette part linguistique de notre patrimoine culturel.

 

https://www.rtbf.be/auvio/detail_stoemp-peket-et-des-rawettes?id=2545334&jwsource=cl