Bart De Wever, satrape et talon d’Achille de la N-VA


La nouvelle n’a pas fait la «une» de la Presse quotidienne: Bart De Wever a été réélu ce week-end président de la N-VA, avec un score de 98,6% des suffrages, propre à faire se retourner Staline dans sa tombe, et à faire pâlir d’envie Kim Jong-un, le leader nord-coréen.

Le bourgmestre d’Anvers et ministre-président flamand ne risquait rien dans l’aventure, puisqu’il était le seul candidat en lice: personne ne pouvait donc lui faire de l’ombre.

Le seul obstacle qui aurait pu se mettre sur sa route était statutaire: les règles internes du parti nationaliste flamingant limitent en effet à deux le nombre de mandats présidentiels possibles. Sauf dérogation. Bart De Wever en a bénéficié pour la quatrième fois: aux commandes de sa formation depuis 2004, il y restera jusqu’en 2023… au moins. Car rien n’interdit de penser qu’alors, pour répondre aux vœux de ses affidés, le président de la N-VA ne se résignera pas à demander une dérogation supplémentaire, et repartir ainsi pour un, ou deux, ou trois, ou…. tours.

Et dire qu’en Afrique, on vilipende à juste titre les présidents qui contournent la limitation constitutionnelle du nombre de mandats, comme vient de le faire encore Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, ou comme l’ont notamment fait Paul Kagame au Rwanda et feu Pierre Nkurunziza au Burundi, Denis Sassou-Nguesso au Congo-Brazzaville ou feu Robert Mugabe au Zimbabwe. Joseph Kabila, empêché de répéter l’opération au Congo-Kinshasa doit se dire qu’il aurait été mieux inspiré de présider la N-VA plutôt que notre ancienne colonie!

Plus sérieusement, la N-VA se rendrait déjà plus crédible si elle levait cette limitation du nombre de mandats dans ses statuts. Quand une dérogation est accordée, pareille limitation peut se concevoir. Mais quand elle est systématiquement contournée, la maintenir relève à la fois de l’hypocrisie et du ridicule.

La longévité de Bart De Wever à la tête du parti nationaliste flamingant témoigne d’abord de la qualité et de la durée de son engagement.

L’homme politique ventripotent du début du XXIeme siècle a d’abord fait preuve de sa grande volonté en s’imposant un apprentissage prononcé du français… même s’il répugne depuis longtemps à répondre en profondeur aux demandes des médias francophones. Il a manifesté la même endurance en suivant un régime strict qui a refait de lui une espèce de star en Flandre, image qu’il a cultivée ensuite en remportant un célèbre jeu télévisé sur la chaîne publique, pompeusement baptisé «De slimste mens ter wereld», «L’être humain le plus intelligent du monde».

Ce n’est pas faire injure à Bart De Wever de dire que pareil titre est usurpé. Mais dans le jardin extraordinaire de la politique belge, comme aurait dit feu Gaston Eyskens, il a fortement marqué son empreinte. D’abord en se jouant d’Yves Leterme, qui avait cru étouffer la N-VA dans son cartel avec le CD&V, dont Bart De Wever a tiré profit pour propulser son parti au sommet, et reléguer les démocrates-chrétiens flamands à un niveau dont ils ne se sont toujours pas remis.

Bart De Wever a ensuite réussi à phagocyter les voix du Vlaams Belang, dont les électeurs, racistes et autres, se sont lassés de voter pour un parti tenu à l’écart de toute coalition par un «cordon sanitaire» qui a tenu, envers et contre tout, depuis le «dimanche noir» du 24 novembre 1991.

Il a réussi enfin à propulser son parti au gouvernement fédéral, dans une improbable coalition avec un MR qui s’y est retrouvé comme seul parti francophone pendant une législature, et dont le président de la N-VA a tiré la prise au bon moment, pensait-il, pour ressortir le communautaire du frigo où il avait dû l’enfermer, et peser ainsi encore plus sur la politique fédérale et flamande.

Et c’est là que le bât a blessé. Car, contre toute attente, les élections du 26 mai 2019 ont vu pour la première fois depuis l’arrivée à sa tête de son «homme providentiel», la N-VA refluer, tandis que la Vlaams Belang opérait une remontée aussi spectaculaire qu’inquiétante et inattendue, sous la houlette d’un jeune président, gendre idéal de la Flandre, qui a compris comment utiliser les médias sociaux au bénéfice des ses thèses ultra-nationalistes et racistes.

Le scénario concocté par Bart De Wever, qui voyait Jan Jambon présider le gouvernement flamand, tandis que lui prendrait le gouvernail au 16 de la rue de la Loi, ne s’est pas concrétisé. Le bourgmestre d’Anvers, du coup, s’est rabattu sur le Vlaamse Regering, et a espéré pendant longtemps réimposer son parti au niveau fédéral. Les injures qu’il a proférées à l’égard de Paul Magnette, le président du PS, incontournable au niveau francophone, ont d’abord témoigné de son désarroi. Puis quand il a vu que d’autres partis flamands semblaient prêts à monter sans la N-VA dans une coalition fédérale, il s’est lancé dans une surenchère auprès de son alter ego de Charleroi, en concédant au PS des avancées dont certains socialistes ont eu la nostalgie, au moment de souscrire à la coalition Vivaldi.

N’est-ce que partie remise pour la N-VA? C’est ce qu’elle paraît croire, en ayant reconduit pour trois ans son leader maximo. Mais pareille dépendance est peut-être aussi le talon d’Achille du parti nationaliste flamingant. Car elle semble indiquer que sans Bart De Wever, elle sera condamnée au reflux. Tandis que, en dehors de ses rangs, l’image du «slimste mens ter wereld» commence sans doute à pâlir. Depuis 2004, la composition du corps électoral a singulièrement évolué, et pour de nombreux électeurs, Bart De Wever est désormais déjà un peu un homme politique du passé.

Chez les Romains anciens, une maxime le rappelait aux empereurs couronnés: la Roche Tarpéienne est proche du Capitole…

Replongée dans le marasme politique, Verviers attendra encore un peu (?) sa relance


En suspendant le mécanisme de contournement du code wallon de la démocratie locale, mis en place à Verviers pour défenestrer la bourgmestre Muriel Targnion et installer Jean-François Istasse à sa place, tout en permettant par un jeu de motions de défiance-votes de confiance à Hasan Aydin et Sophie Lambert de conserver leurs mandats respectifs de président du CPAS et d’échevine, le Conseil d’État a relancé la saga politique dans l’ex-cité lainière. On en revient donc à la configuration du début août, avec un collège communal et une majorité différents de la constellation mise en place grâce précisément à ce mécanisme de contournement.

La bourgmestre réintégrée n’a pas tardé à convoquer un collège communal pour récupérer les attributions qui étaient siennes et rendre à Alexandre Loffet celles dont il avait la responsabilité.

Les échevin(e)s socialistes ont obéi à une injonction de l’ancien mayeur Jean-François Istasse qui espérait empêcher le collège communal de siéger en le privant de quorum, mais comme les échevins libéraux et Nouveau Verviers ont répondu à la convocation, la manœuvre a fait pschitt comme aurait dit feu Jacques Chirac qui s’y connaissait, lui, en entourloupes.

La discussion désormais tourne autour de la portée de l’arrêté de suspension pris par le Conseil d’État, sur les possibilités juridiques d’y répondre et sur les conclusions politiques à en tirer à la fois sur le plan local et au niveau wallon.

Quelle portée?

La décision de la plus haute instance juridique et administrative du pays ne remet la construction mise en place à Verviers que « sur un petit point de détail » a plastronné Jean-François Istasse.

L’observation est pertinente : comme souvent dans ses avis, le Conseil d’État indique en creux dans ses arrêtés le moyen de corriger le tir.

Il suffirait donc que la motion de défiance à l’égard de Sophie Lambert ne vise que son incapacité à occuper la fonction mayorale et, emballez c’est pesé, le bourgmestre dégommé Istasse retrouverait son écharpe et la majorité constituée autour de lui rentrerait en piste. L’affaire de quelques jours en somme, et le retrait de la motion précédente rendrait sans objet le recours en annulation de cette motion et de ses compléments toujours pendant au Conseil d’État.

Quelle réponse ?

Une nouvelle motion, autrement motivée, suffirait donc à remettre les choses en l’état? Pas aussi simple, apparemment.

Il faut d’abord vérifier s’il est légalement possible d’introduite immédiatement une nouvelle motion de défiance, à l’égard de la majorité conduite par Muriel Targnion, quelques semaines seulement après avoir fait voter la première.

Selon certains juristes, un délai d’un an s’impose. Il ne m’appartient pas de trancher, mais si Jean-Francois Istasse a raison, le code wallon de la démocratie locale permettrait dès lors, passé le délai requis après la mise en place des majorités communales, de rendre toutes les communes wallonnes ingouvernables: il suffirait au gré des vents ou des humeurs de déposer à l’envi des motion de défiance à l’égard des majorités en place, quelles qu’elles soient.

Ensuite, à supposer que le recours en annulation du stratagème de contournement mis en place par les Machiavels verviétois soit effectivement abandonné du fait de l’adoption d’une nouvelle motion de défiance collective et de deux motions de défiance individuelles, corrigées sur un point, rien n’empêcherait l’introduction de demandes de suspension en extrême urgence et d’annulation de ce nouveau mécanisme. Avec autant de chances de réussite ou de risque d’insuccès.

Le Conseil d’État a en effet des habitudes de… cancre: saisi de requêtes qui invoquent généralement une série de moyens (d’arguments), dès qu’il en rencontre un qui lui permet de fonder ou de rejeter une d’entre elles, il n’examine pas les moyens suivants. D’hypothétiques recours contre cette possible nouvelle motion ne devraient donc reprendre que les arguments invoqués dans les recours actuels sauf celui relatif à l’échevine, et en y ajoutant éventuellement d’autres. Le carrousel verviétois pourrait ainsi éclipser le célèbre carrousel fouronnais des années 1980

Quelles conclusions politiques?

En attendant le résultat de toutes ces intrigues de coulisse, qui démentent la maxime « Publicité sauvegarde du peuple » figurant au frontispice de l’Hôtel de ville de Verviers, le déclin de l’ancienne cité lainière, victime à la fois d’une paupérisation et d’une désertification commerciale croissantes, s’accentue. Et ce n’est pas l’immobilisme d’un projet de centre commercial auquel plus personne ne croit qui l’aidera à en sortir.

La réponse politique doit venir de Verviers d’abord et renvoie tous les politiques locaux à leurs engagements ou à leurs reniements. Sont-ils toutes et tous prêts à relancer une mécanique juridique qui conduira inévitablement à des recours, et à des risques de pannes répétées dans la gestion de la ville?

Le PS, dont les dissensions sont à l’origine du marasme politique à Verviers est à nouveau interpellé : le président du parti, Paul Magnette, débarrassé de ses travaux et ambitions au niveau fédéral, se repenchera-t-il sur l’imbroglio verviétois ? Et s’expliquera-t-il sur les accusations de capitulation devant une pression communautariste en bord de Vesdre?

La question vaut également pour Muriel Targnion qui avait clamé que les recours en suspension et en annulation du montage juridique mis en place pour l’écarter étaient introduits pour le principe et pas pour lui permettre d’exercer une fonction mayorale dont elle ne voulait plus, parce qu’il ne lui était plus possible de « travailler avec ces gens-là ».

L’est-elle aujourd’hui? Et « ces gens-là » sont-ils disposés à reprendre leur collaboration avec elle? Il est un peu court, comme elle le pose, qu’« il y a des collègues qu’on aime mieux ou moins mais chacun bosse ensemble dans l’intérêt de la boîte ». Même dans le monde de l’entreprise, cette atmosphère de bisounours est une fiction.

La situation verviétoise interpelle aussi le pouvoir wallon. En octroyant le mayorat à la candidate ou au candidat credité(e) du plus grand nombre de voix sur la liste principale de la majorité communale, le code wallon voulait instaurer une forme de démocratie directe, au risque de favoriser une forme de démagogie. Si elle est maintenue et in fine validée, la mécanique verviétoise vide cette disposition de sens puisqu’il suffira aux partis d’introduire dès la mise en place des majorités une motion de confiance assortie de motions de défiance individuelles pour leur permettre d’ignorer le vote populaire.

Pour les parlementaires wallons, il y a urgence à préciser les dispositions du code wallon de la démocratie locale.

Pour les élu(e)s verviétois(e)s, la chance se présente une nouvelle fois de faire primer l’intérêt collectif sur l’intérêt partisan et les ambitions carriéristes.

Les politiques que l’on mérite ?


La triste saga politique verviétoise de l’été est sur le point de s’achever de la manière dont elle s’est déroulée : dans le non-respect des paroles données et en « sollicitant » les textes légaux, en l’occurrence, le code wallon de démocratie locale.

PS, MR, Nouveau Verviers et cdH se sont donc accordés sur un scénario qui passe par le renversement de la bourgmestre ex-socialiste, Muriel Targnion, et l’installation de Jean-François Istasse au fauteuil mayoral.

L’ancien président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a été plébiscité pour construire un consensus autour de sa personne. D’une urbanité extrême, sinon caricaturale, il peut rendre en effet tout conflit personnel impossible avec lui. À 67 ans, il n’imaginait pas assumer un mandat qu’il avait refusé il y a bien longtemps déjà. Il semble avoir voulu convaincre les sceptiques en postant depuis quelques jours des photos sur Facebook qui rappellent les multiples fonctions qu’il a effectuées et les nombreux contacts qu’il y a noués. Mais s’il semble bien seul à pouvoir espérer combler les tranchées creusées ces dernières semaines entre tous les politiques verviétois, il n’apparaît pas comme la figure mobilisatrice susceptible, au-delà de cet objectif, de débloquer les dossiers en rade depuis plusieurs années dans l’ancienne cité lainière. À charge pour lui de nous apporter le démenti. Faute de quoi, il apparaîtra comme le bourgmestre de transition, chargé de chauffer la place pour celui qui est réputé avoir habilement instrumentalisé tout ce dossier depuis quelques semaines

Le hic, pour Jean-François Istasse et un certain nombre de ces colistières et de ses colistiers, c’est qu’ils ont allègrement trahi l’engagement formel pris, au début de l’été, pour soutenir la bourgmestre dans sa volonté d’écarter le président du CPAS, en guerre ouverte avec la ville, au comportement agressif et sexiste qui l’avait rendu infréquentable pour l’ensemble du collège communal, et qui a enfreint les règles en mobilisant du personnel du CPAS pour la prise de rendez-vous aux permanences politiques qu’il entendait organiser en compagnie d’un néo-échevin. L’accord prévoit le maintien de ce président de CPAS et de cet échevin. Tant pis pour le respect de la parole donnée; tant pis pour la tolérance et l’égalité des genres, et tant pis pour la moralisation de la vie politique…

L’autre hic, pour le futur bourgmestre Istasse, c’est que pour le ceindre de l’écharpe mayorale, il faudra d’abord que deux prétendant(e)s légaux (légales) à la fonction, le-dit président du CPAS et une échevine, renoncent formellement à ce mandat. Et que pour les autoriser à conserver leur fonction, qu’ils ne pourraient dès lors conserver, en application du code wallon de démocratie locale, on passe par des scénarios qui vont d’une démission du conseil communal à une motion individuelle de défiance, prévue par ce code, pour sanctionner une incompatibilité politique grave voire un comportement indigne, puis par la réélection de la-dite échevine au même poste et du président du CPAS au sien, ce qui lui assure une présence prolongée au collège communal . Tout cela dans le cadre d’un maquignonnage de dernière minute, qui rééquilibre à mi-parcours le nouveau rapport de forces au sein de la future majorité verviétoise en transférant au cartel MR-NV-cdH ce mandat scabinal conservé en dépit de toute logique mathématique par le PS. Et tant pis pour la crédibilité du code wallon de démocratie locale, tant pis pour le contrôle de l’exercice des mandats communaux, et tant pis pour la compétence (ou non) avec laquelle des échevin(e)s exercent leurs responsabilités…

Tout va ainsi rentrer dans l’ordre, pour un certain temps en tout cas. Pas forcément jusqu’à la fin de la mandature, où certains espèrent cyniquement que les électeurs verviétois auront tout oublié. Ce qui témoigne d’un solide mépris pour les citoyen(ne)s dont on sollicite périodiquement les suffrages. Le retour de bâton est parfois douloureux. Car si, selon l’adage, on a les politiques qu’on mérite, il arrive que des électeurs estiment que les politiques ne les méritent pas. Et tant pis pour l’avenir de Verviers…

La cassure s’élargit au sein du PS de l’arrondissement de Verviers


La (mauvaise) «telenovela» politique verviétoise se poursuit, et s’est amplifiée, ces derniers jours, au gré d’interviewes de Marc Goblet, député PS de l’arrondissement de Verviers et ancien président de la FGTB, d’Yvan Ylieff, ancien bourgmestre de Dison, ancien ministre de l’Enseignement, puis, ce mercredi, de Didier Nyssen, conseiller communal de Verviers, dont les retournements de veste feraient pâlir d’envie Jacques Dutronc, inoubliable chanteur de «L’opportuniste». Et ce qu’on constate au travers de ces différents propos, c’est que la gestion du «problème verviétois» par les instances nationales du PS transposent la profonde division du parti de la ville, à la région. Et que la fracture s’amplifie de jour en jour.

Marc GobletPremière salve tirée par Marc Goblet: le député fédéral hervien faisait partie de la «tutelle» imposée à la section verviétoise du PS, avec le député wallon-bourgmestre de Huy, Christophe Collignon, avec le député wallon et conseiller communal theutois André Frédéric, qui présidait cette «tutelle», et avec la conseillère communale liégeoise, et ancienne députée fédérale Marie-Claire Lambert.

Cette «tutelle» était censée ramener la paix au sein du PS de Verviers, déchiré par ce que d’aucuns ont baptisé le conflit entre la bourgmestre, Muriel Targnion, et le président du CPAS, Hasan Aydin, mais ce qui se décrit plus justement par le problème posé par le comportement individuel du président du CPAS, devenu insupportable non seulement à la bourgmestre, mais à l’ensemble des membres du collège communal de l’ancienne cité lainière.

On ne reviendra pas ici sur les péripéties qui ont conduit à l’exclusion du PS de la bourgmestre verviétoise, et qui vont sans doute bientôt conduire à la même sanction pour l’échevin des Finances, Alexandre Loffet, toujours président de la fédération verviétoise du Parti socialiste, en violation même des statuts du PS, puisque l’intéressée a été directement jugée par la commission de vigilance nationale, l’instance d’appel, dont les décisions sont… sans appel. Ni sur le scénario mis en place pour installer (provisoirement) Jean-François Istassse au fauteuil mayoral, au prix de liberté très larges prises avec le Code wallon de démocratie locale, sur lesquelles, le cas échéant, on sera intéressé de connaître l’avis du ministre wallon et PS de tutelle, Pierre-Yves Dermagne.

C’est précisément parce qu’il n’était pas d’accord avec cette manière de procéder que Marc Goblet, sans aucun doute le seul membre de  la «tutelle», avec André Frédéric, a bien connaître le contexte verviétois, a décidé de s’en retirer. Sans que cela émeuve le moins du monde le boulevard de l’Empereur, apparemment, où on s’en tient mordicus à l’option prise, aussi invraisemblable qu’elle paraisse, tant il est évident que les partenaires de majorité du PS à Verviers n’accepteront pas le maintien de Hasan Aydin à la présidence du CPaS. Sauf s’ils mangent leur chapeau avec un bel appétit.

Yvan YlieffDeuxième acte, une autre interview de l’ancien bourgmestre de Dison, Yvan Ylieff, toujours accordée à mes consœurs et confrères de l’édition verviétoise d’un journal qui (air connu) m’emploie et ne me rémunère pas assez à mon goût.

Fidèle à sa réputation, «Yvan le terrible» y dézingue à tout va.

«Ma vie, c’était le PS et aujourd’hui y règne la panique, l’improvisation, le grand n’importe quoi. Je suis à cet égard à 100% sur la même la même longueur d’ondes que le député fédéral Marc Goblet (PS) qui d’ailleurs, en tant que dernier sur la liste PS a conquis son siège avec ses voix personnelles donc jouit d’une légitimité démocratique incontestable» lance-t-il. Et une pierre dans le jardin d’un autre député fédéral PS de l’arrondissement de Verviers, «suite au désistement de deux élus qui ont préféré rester échevins», une!

Claude DesamaLe «grand n’importe quoi», c’est notamment, pour Yvan Ylieff, le choix de la «mouvance communautariste» prise par le PS verviétois, à l’instigation de l’ancien bourgmestre de la Cité lanière, accuse-t-il. Et pan, une deuxième pierre, dans le jardin de Claude Desama, dont l’épouse fut jadis l’inamovible première échevine d’Yvan Ylieff.

Ce qui, évidemment, lui vaut dès ce mercredi, une réplique de l’ancien professeur de l’université de Liège, qui avait récemment démoli celle qui lui a succédé à l’Hôtel de ville de Verviers, en rappelant l’adage latin «Ius dementat quos vult perdere» («Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre») et qui s’affiche en «incarnation de la laïcité». La controverse entre les deux anciennes figures de proue de la fédération verviétoise du PS prend, du coup, des allures de conflit de bac à sable…

Le ralliement le plus spectaculaire à l’ancien mayeur disonais est venu, le même jour, du conseiller socialiste verviétois Didier Nyssen, dont le parcours donne quelque peu le tournis: soutien de Muriel Targnion, il a cédé à la pression du parti pour se ranger du côté des «orthodoxes» mais se déclare d’accord avec l’ancien ministre qui condamne la dérive prise par cette tendance «officielle» du parti. D’ici à son retrait, annoncé pour le 1er octobre prochain, l’élu nous réservera-t-il d’autres volte-face?

Yvan Ylieff doit aussi être un spécialiste du billard à trois bandes. Car sans la citer, c’est aussi celle qui occupe le fauteuil mayoral à Dison qu’il égratigne en s’affichant parmi les «socialistes qui restent fidèles aux valeurs de la démocratie, des droits de la femme, des valeurs d’égalité, de la démocratie et ceux qui sont soumis à des mouvances et des dérives communautaristes».

Véronique BonniOn n’a en effet entendu que le silence assourdissant de Véronique Bonni sur l’exclusion frappant la bourgmestre de Verviers: la solidarité féminine, dit-on se serait brisée sur une solide inimitié entre les deux bourgmestres.

Et si rien ne filtre en public, il est notoire que le PS de Dison subit, lui aussi, des «vents contraires». Les reproches faits au cinquième échevin, Jean-Michel Delaval, d’avoir mené une « campagne personnelle» pour forcer une élection que sa relégation, loin sur la liste -pour le punir d’avoir eu l’outrecuidance de contester la tête de liste à la future bourgmestre, et de n’échouer finalement que d’une courte tête?- rendait fort aléatoire, ont laissé des traces.

Faute d’avoir réglé un problème au départ fort circonscrit (comment ramener dans le droit chemin un président de CPAS qui ne supportait pas le moindre contrôle?), le PS a ainsi étendu l’incendie au sein de sa fédération d’arrondissement. Car on imagine bien qu’André Frédéric ne doit pas apprécier les critiques que lui ont adressées Marc Goblet et Yvan Ylieff. Mais qu’au PS de Theux, certains trouvent peut-être aussi que les libertés prises avec les statuts du parti, et avec le Code wallon de la démocratie locale, cela commence à faire beaucoup…

Si, d’aventure, les efforts du président national du parti, Paul Magnette, pour nouer une alliance a priori contre nature avec la N-VA échouaient, et si des élections anticipées devaient avoir lieu, la confection de la liste socialiste pour l’arrondissement de Verviers évoquerait sans doute un célèbre dessin de Caran d’Ache consacré à l’affaire Dreyfus. La première case montre des convives prêts à passer à table et qui s’invitent «Surtout, ne parlons pas de l’affaire Dreyfus». La deuxième montre la table renversée, les convives échevelés, des yeux au beurre noir et elle est légendée «Ils en ont parlé»!

Il fut un temps lointain où le PS qui était encore PSB et le sp.a, toujours BSP, se présentaient ensemble à l’électeur  sous le slogan «Forts et unis. Sterk en eensgezind». L’étiquette belge («B») est depuis longtemps tombée aux oubliettes. Quant à la force et l’unité elles n’ont plus guère cours au sien de la fédération verviétoise du parti socialiste…

Entre-temps, le PS « orthodoxe» a passé alliance avec Ecolo, dans l’ancienne cité lainière, ce qui interroge sur la volonté de faire de la politique autrement qui était jadis affichée par les Verts. Deux blocs antagonistes s’y font désormais face: les 14 élus du cartel PS «orthodoxe»-Ecolo font face aux 15 alignés par l’alliance entre le MR, la liste Nouveau Verviers et le cdH. Pour rappel, la majorité communale exige 19 sièges. Et pendant que ces excellences s’affrontent, le déclin commercial et la paupérisation de la ville se poursuivent…

 

Tripatouillages et chantage en coulisses verviétoises


«Je suis entrée en politique en 2018, en devenant échevine de l’Instruction publique, de la Population, de la Jeunesse, des Plaines et des Écoles de devoirs (…) Le Parti socialiste m’a permis de vivre cette expérience. Je me dois de poursuivre à ses côtés dans un objectif d’apaisement et de mise en place d’une équipe soudée »

« Le Parti Socialiste est ma maison, le Parti Socialiste reste ma famille politique. J’ai choisi de me mettre à disposition de mon parti et de la tutelle afin de participer à toute solution qui permettra de mettre en place rapidement la majorité dont les Veviétoises et les Verviétois ont besoin dans le respect du code de la démocratie locale »

Les déclarations de deux échevines, dont la seconde est potentiellement bourgmestre si les manœuvres de coulisses en cours à Verviers -la ville dont le fronton s’orne de la maxime « Publicité sauvegarde du peuple » (!)- pour éjecter Muriel Targnion du mayorat peuvent, selon l’angle où on se place, susciter des larmes d’émotion devant un processus de réconciliation en cours de réalisation, soit donner la nausée devant les pressions subies par les intéressées afin de les forcer à revenir sur le soutien qu’elles avaient apporté à une bourgmestre toujours en place, et dont toutes ces basses œuvres visent à permettre sa mise à l’écart. Pour la remplacer, à terme, par un conseiller communal et député fédéral protégé par le président du parti, et que les scrupules ne semblent pas étouffer, dès lors qu’il s’agit de défendre « l’intérêt supérieur du parti » comme il l’avait dit récemment, tout en y ajoutant «l’intérêt suprême de Verviers ». Manière de pouvoir souligner avec un jésuitisme parfait que « suprême » l’emportant sur «supérieur » c’est bien le développement de la ville de Verviers qu’il poursuit.

« Publicité sauvegarde du peuple » proclame l’Hôtel de ville de Verviers. C’est pourtant dans le plus grand secret que de basses manœuvres s’y déroulent

Comment dès lors y voir malice si l’intérêt supérieur de la ville et son propre intérêt carriériste se rejoignent? Car l’idée est bien, comme l’écrit mon excellente collègue Sarah Rentmeister ce vendredi dans l’édition verviétoise du journal qui (air connu) m’emploie et ne me rémunère pas assez à mon goût, de confier l’écharpe mayorale au de cujus, même si une période de transition verrait un bourgmestre de transition lui chauffer la place en justifiant ainsi la volte-face qu’il a déjà opérée, revenant sans sourciller sur ses engagements publics.

Le problème, c’est qu’il faut,pour ce faire, piétiner le code wallon de démocratie locale. Au prix de trésors d’imagination: démission d’un conseiller communal, bourgmestre potentiel, pour le réinstaller à la présidence du CPAS, où ses agissements ont été sanctionnés plus d’une fois par la tutelle. Motion de méfiance à l’égard d’une échevine, troisième en lice pour devenir bourgmestre, puis réinstallation immédiate de l’intéressée dans son propre échevinat. D’où sans doute la subtile référence au « respect du code de la démocratie locale » (cf. ci-dessus) qui figure dans le communiqué qui conclut son périple à Canossa

À la différence des purges opérées dans la Russie stalinienne, les personnes obligées d’avouer publiquement leurs fautes et de reconnaître la suprématie du parti (le mot comporte une majuscule dans les deux citations, l’adjectif en est également doté d’une dans la seconde), un tout petit espace de liberté a ainsi semble-t-il été concédé aux deux ex-ex-camarades.

Cela ne veut pas dire que les méthodes utilisées ont été honorables: comme le signale mon estimée collègue, une des deux échevines qui a abandonné un poste de direction dans l’enseignement pour recevoir un échevinat en rapport avec son vécu professionnel a été menacée par le grand défenseur de « l’interêt suprême de Verviers » de perdre tout et «d’aller au chômage » si elle ne rentrait pas immédiatement dans le rang…

À part cela, on imagine que le même élu, au sein du groupe socialiste au sein du Parlement fédéral, a fait chorus à plus d’une remise pour dénoncer les atteintes au droit des travailleur portées par le gouvernement néo-libéral toujours en place…

« Fais ce que je dis et pas ce que je fais » est un aphorisme réputé jésuitique. Ce bourgmestre putatif de Verviers a étudié la philosophie. C’était, dit-on, un étudiant doué. Suffisamment pour s’affranchir du respect des codes wallons. Et du respect des personnes aussi? En attendant, c’est la politique qui se décrédibilise encore un peu plus: vous confieriez, vous, votre montre à de tels élus?

La désunion règne à Verviers


Le couperet est tombé sur la bourgmestre de Verviers: Muriel Targnion a été exclue du PS. Décision pertinente ou non? Selon le point de vue où on se place, la réponse sera bien différente. Mais ce qu’on peut remarquer, c’est que la procédure utilisée témoigne d’un certain machiavélisme : c’est en effet la commission de vigilance, l’instance déontologique suprême du parti socialiste, qui a prononcé la sentence. L’instance d’appel, en principe: Muriel Targnion aurait dû être entendue d’abord au plan local, où la division des ex-camarades rendait peut-être tout examen serein des faits impossible, ou au niveau de la fédération verviétoise du PS.

Là, c’est sans doute celles et ceux qui ne voulaient pas manquer l’éjection du parti de la bourgmestre verviétoise qui n’en auront pas voulu: la fédération est en effet toujours présidée par l’échevin verviétois des Finances, qui est dans le camp de Muriel Targnion.

En Justice, l’affaire aurait été « déportée » vers un autre arrondissement judiciaire: la fédération liégeoise ou celle de Huy-Waremme auraient pu être chargées d’examiner le dossier. Mais le résultat aurait été aléatoire. Alors, c’est l’instance suprême, celle dont les décisions sont sans appel, qui est entrée en jeu. Et elle a pris la sanction la plus lourde, plus sans doute pour sanctionner la dérive affairiste de Muriel Targnion dans le dossier Nethys, où sa défense de la gestion calamiteuse de Stéphane Moreau et consorts à l’époque où elle présidait le conseil d’administration d’Enodia, son intercommunale faîtière, en a choqué plus d’un, que ses tentatives d’éjecter de son poste le président du CPAS, Hasan Aydin, dont la gestion rétive à toute tutelle et les comportements personnels, sexiste, communautariste et hostile à tout contrôle, de la presse notamment, sont étrangement ignorés.

Cette sévérité, qui n’a pas frappé aussi vite les acteurs du dossier Nethys, aurait-elle sanctionné les tentatives de Muriel Targnion de créer une majorité alternative à Verviers, pendant que l’USC locale était sous tutelle? C’est d’autant moins crédible qu’il semble manifestement y avoir eu d’autres tentatives de mettre sur pied des majorités alternatives dans la cité lainière. Ce qui me conforte dans la conviction qu’on assiste à une espèce de partie de billard à trois bandes dont le résultat aboutira peut-être à mettre et Muriel Targnion et Hasan Aydin à l’écart, ce qui pouvait apparaître au départ comme l’issue la plus logique au conflit qui se muait en guerre de tranchées. Pour confier l’écharpe mayorale à celui qui, proche de Paul Magnette, le président du PS, est peut-être l’éminence grise de toute cette opération …

Faudra-t-il d’abord éjecter Muriel Targnion de son fauteuil mayoral, car rappelons-le, son exclusion du parti ne remet pas son mandat en jeu. À Saint-Josse, Émir Kir est toujours bien en place, malgré une exclusion du parti qui a pris bien plus longtemps à se dessiner que celle de Muriel Targnion. Il faut dire que l’homme tient les troupes socialistes d’une main de fer dans sa commune. Et que son exclusion a sans doute pesé sur le conflit à Verviers: Paul Magnette, dit-on, aurait peur de braquer encore une fois la communauté turque en sacrifiant un de ses élus. Cette communauté avait d’ailleurs été mobilisée pour sauver le soldat Aydin lors d’un conseil communal avorté. Le communautarisme est pourtant une voie politique sans issue.

Muriel Targnion compte sur la parole donnée. Elle a pourtant déjà éprouvé la fiabilité de certains de ses interlocuteurs qui s’étaient rangés résolument à ses côtés avant de tourner casaque à une vitesse surprenante.

Et puis, si on élargit la perspective, on doit bien constater qu’au-delà du PS, la mésentente et la division ont aussi fait de sérieux ravages à Verviers.

Bien avant les élections communales de 2018, les dissensions au sein du MR avaient suscité une intervention énergique du président de la fédération verviétoise du parti. Et ce dernier avait annoncé de manière péremptoire qu’un élu ne pourrait plus figurer sur la liste libérale communale. Cette décision a été suivie d’effets: le-dit candidat a apporté à la liste bleue un capital de voix dont elle ne pouvait se passer, et il a récupéré au passage un mandat d’échevin. Et voilà maintenant que le déménagement à Verviers du président de la fédération d’arrondissement du MR, est évoqué. Pour le plus grand plaisir, on l’imagine du premier échevin, tête de liste en 2018. Et les mauvaises langues déjà de rappeler la manière dont le-dit président fédéral s’est fait déposséder de son écharpe mayorale à Herve, qui témoigne peut-être d’un manque de sens stratégique…

L’épisode a laissé des traces avec une liste libérale dissidente qui s’est présentée et a transformé l’essai en s’imposant à la majorité. Avant de voir partir son créateur. Pour raison de déménagement certes, mais qui laisse supposer que son engagement pour la ville était relatif.

Au cdH aussi , la bisbille a débuté avant l’élection communale, avec le bourgmestre du début de législature précédente et qui semblait bien avoir fait son temps après le renversement d’alliance qui l’avait privé de son écharpe, qui a fait barrage au premier échevin sortant, dont le leadership semblait s’imposer. Le-dit ancien échevin s’est alors exilé et le parti, dont l’aile démocrate-chrétienne avait été sérieusement écornée, a subi une déculottée qui l’a renvoyé dans l’opposition. Tandis qu’un élu, à peine installé, prenait ses distances.

Et puis les récents événements au sein du PS ont rendu l’accord du cdH indispensable pour écarter le président du CPAS, et sa cheffe de groupe a signé la motion qui lui permettait de rentrer en piste et de faire passer certaines de ses priorités. Et qui n’a pas accepté cet engagement? Coucou le revoilou, l’ancien mayeur, accompagné d’un ex-échevin. Il est décidément difficile de se départir d’anciennes attitudes…

Les autres partis semblent épargnés par ces bagarres internes . Même si on sait que le chef de file Ecolo n’est arrivé chez les « Verts » qu’après avoir rompu… avec le cdH qui l’avait lancé

Ces épisodes navrants ont pour toile de fond le déclin inexorable d’une ville en cours de paupérisation où des initiatives sociétales s’efforcent de compenser une action publique défaillante.

Bien sûr, le politique n’a pas toutes les clés en mains, et la population ne peut leur jeter la pierre sans s’interroger. Puisque selon l’adage, on a les politiques qu’on mérite. Mais force est de constater que l’Histoire se répète dans la Cité lainière.

Parmi les premières à avoir suscité un projet d’outlet-mall, Verviers a tellement tergiversé que d’autres villes l’ont précédée avec, à la clé, des projets de « villages » qui rendaient ringard le concept de quai de gare prôné à Verviers. Résultat des courses, Maasmechelen attire les visiteurs, dont de nombreux Verviétois.

Et puis miracle, l’arrivée d’une locomotive permet de sauver le site, rebaptisé Crescend’eau et le centre nerveux du commerce verviétois migre vers la périphérie. L’urgence se présentait alors, à Verviers comme dans d’autres villes, pour les commerces du centre. C’est alors que sort un projet de centre commercial en centre-ville, avec au départ une couverture de la Vesdre qui suscite une opposition musclée. Près de quinze ans ont passé depuis lors, et la première pierre de centre commercial se fait toujours attendre.

Les récentes péripéties politiques à Verviers ne sont évidemment pas de nature à donner confiance à des investisseurs par ailleurs paralysés par la pandémie. Mais au-delà, le temps n’est-il pas venu de réfléchir à de nouvelles pistes pour le centre-ville de Verviers? Ce qui implique l’apport d’idées neuves. La plus jeune élue du PS à Verviers vient de quitter le parti qu’elle qualifie de « parti de has been ».

Le constat est peut-être plus inquiétant: comme déjà écrit sur ce blog, le rejet de tels comportements politiques présente le risque de favoriser le vote d’extreme-droite.

Grâce à Paul Magnette, une extrême -droite inexistante peut rêver à Verviers


 

Hôtel_de_ville_de_Verviers_12C’était le 15 octobre 2012, et la toute jeune élue au conseil communal de Verviers ne tournait pas autour du pot. «Cette élection à un goût amer. Loin d’une victoire personnelle, c’est sur un sentiment de défaite que je me suis endormie hier soir» écrivait Dugyu Çelik sur sa page Facebook. «Le résultat des urnes montre en termes de voix de préférence que le vote ethnique a joué de manière importante. Et pas n’importe quel vote ethnique!» ajoutait-elle. «Il s’est cristallisé autour des mosquées, encouragé et prôné par un électorat souvent de droite, appartenant à la nouvelle bourgeoisie musulmane, celle qui roule en 4×4, et qui fait porter le voile à ses femmes, celle qui n’a que faire des idées et des valeurs du PS, et qui a mobilisé en masse pour soutenir son/ses candidats, pendant que nos électeurs laïques se détournaient de nous, et ce sont les mosquées qui ont triomphé au Parti socialiste à Verviers».

La lucidité de Dugyu Çelik confirmait son brillant trajet d’étudiante en sciences politiques à l’université de Liège.

1292857201paul-magnettePaul Magnette, président actuel du PS, ancien professeur à l’Université Libre de Bruxelles, aurait peut-être dû lire cette analyse écrite par une jeune femme fraîche élue au conseil communal de Verviers, avant de prendre la décision de mettre le PS de Verviers et sa fédération régionale sous tutelle pour une durée indéterminée afin de sauver le mandat de Hasan Aydin, président du CPAS de Verviers, menacé par une procédure de destitution prévue dans le Code wallon de démocratie locale. Car c’est de Hasan Aydin que Dugyu Çelik parlait il y a huit ans. Depuis lors, elle a quitté Verviers. Mais les événements des dernières semaines ne sont que la dernière conséquence de la situation qu’elle décrivait.

Des actes illégaux couverts

La bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion, et celles et ceux qui l’ont propulsée à l’Hôtel de ville de Verviers portent une responsabilité évidente dans la dégradation de la situation. Manifestement, elle n’était pas taillée pour le rôle. Et la présidence de Publifin, d’Enodia ensuite, qu’elle a occupée trop longtemps pour défendre envers et contre tout les pratiques mafieuses de Stéphane Moreau et consorts ne l’a que trop distraite d’une tâche qui la dépassait peut-être.

Il n’empêche, elle a été réélue au mayorat de manière incontestable. Et par surcroît, le collège communal et elle sont confrontés depuis des mois à un président de CPAS qui se comporte en grand vizir n’ayant de comptes à rendre à personne, et qui a multiplié les actes illégaux, annulés par le ministre wallon des Pouvoirs locaux. Paul Magnette va-t-il par extension étendre la tutelle à Pierre-Yves Dermagne, ministre socialiste? L’homme, par ailleurs, s’est signalé d par la violence de ses paroles, dont certaines d’un sexisme primaire, a l’égard de ses collègues du collège communal.

En choisissant de geler la motion prise à l’égard de Hasan Aydin, le PS wallon, à l’initiative de son président, couvre donc les actes illégaux que celui-ci a commis, comprenne qui pourra! Les pressions exercées sur les élus PS qui sont revenus sur la signature qu’ils avaient apposée sur la motion de destitution du président du CPAS ne plaident pas pour la moralisation de la vie politique.

En plaçant l’union socialiste communale de Verviers et la fédération verviétoise du PS sous tutelle pour une durée indéterminée, il risquait aussi de paralyser pour des mois une ville de Verviers en pleine déliquescence, dont le délabrement aurait dû lui parler à lui, bourgmestre de Charleroi.

En décidant d’exclure la bourgmestre de Verviers et celles et ceux qui la soutiennent au sein du PS, parmi lesquels un ancien président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles tout de même, le président du PS apporte son appui à un mandataire qui s’est appuyé sur le vote ethnique décrit par Dugyu Çelik en 2012, et qui joue toujours la carte turquissime. En témoigne la récente manifestation de soutien organisée en sa faveur, au sein de laquelle des cris antisémites ont retenti. Pour la séance finalement annulée du conseil communal de ce soir où sa destitution aurait dû être décidée, une mobilisation aurait été déclenché sur des médias turcophones dans toute la Wallonie et à Bruxelles. Comme si son origine était à la base de sa mise à l’écart!

«Ce sont les mosquées qui ont triomphé au Parti socialiste de Verviers» écrivait Dugyu Çelik en 2012. Paul Magnette leur assure aujourd’hui une victoire plus grande encore, et met leur candidat sur orbite pour octobre 2024. Mais le risque est grand, alors, de voir une liste d’extrême-droite, aussi médiocre soit-elle, surgir du néant et tailler des croupières au PS verviétois divisé ou rabiboché. Alors le président du PS dira-t-il tel l’empereur allemand Guillaume II après la Première guerre mondiale «Das habe ich nicht gewollt». «Ce n’est pas cela que j’ai voulu»?

Divide ut imperes

La nuit aurait-elle porté conseil au Boulevard de l’Empereur? Y aurait-on considéré qu’effectivement, exclure une majorité du groupe socialiste, dont un ancien président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, était aller un pas trop loin? Ou tenterait-on de manière insidieuse de désolidariser les élus qui ont signé une motion pour écarter le président du CPAS de sa fonction d’abord, une motion de défiance constructive ensuite, de la bourgmestre, en application du vieux principe latin « Divide ut imperes », diviser pour régner?

Muriel Targnion n’est plus en odeur de sainteté au PS depuis un certain temps. Sa faute, quand elle présidait l’intercommunale Enodia, est de n’avoir pas compris que le moment de ne plus soutenir la gestion calamiteuse de Stéphane Moreau était venu.

On aurait compris que, pour sortir du blocage actuel, le PS invite et la bourgmestre, et le président du CPAS, à faire un pas de côté.

Le paradoxe est qu’il apparaît que les tenants de la discipline du parti ont tenté, eux aussi, de « débaucher » le cdH, mais pour installer Hasan Aydin au mayorat! Donc d’avoir tenté la manœuvre dont ils font reproche aujourd’hui à la majorité des élus socialistes verviétois!

Ils donnent ainsi l’impression de jouer la femme, ce qui n’est pas de la plus grande élégance, on en conviendra. Reste à voir si les cosignataires de la bourgmestre verviétoise tomberont dans un panneau aussi grossier. Et au même moment, les comportements irréguliers du président du CPAS ne sont toujours pas remis en cause par le PS à Bruxelles. Cela ne renforce pas sa crédibilité…

Janvier crucial pour les Éditions de l’Avenir et pour le pluralisme de la presse quotidienne francophone belge


La fin de janvier marquera le début d’un nouvel épisode dans l’histoire tourmentée, depuis quelques années, des Éditions de l’Avenir: ainsi que son administrateur-délégué ad interim, Renaud Witmeur, l’a déclaré à la fois dans une interview et devant les administrateurs d’Enodia, à la fin décembre, Nethys va les mettre en vente.

Les Editions de l'AvenirCette opération rencontrera à la fois une demande mainte fois répétée du personnel du journal, et les exigences des parlementaires wallons: après s’être dégagée des quotidiens du sud de la France, dans des conditions qui demandent toujours à être éclaircies, et après avoir mis fin à l’expérience calamiteuse d’Ilico, un site d’info en ligne dont la finalité n’a jamais été clairement définie, la filiale de l’intercommunale Enodia, l’ex-Publifin, va se dégager de ses activités de presse en Belgique en remettant sur le marché non seulement les Éditions de l’Avenir, mais aussi L’Avenir Advertising, la société éditrice du toutes-boîtes publicitaire Proximag, et la société L’Avenir Hebdo, éditrice de Moustique et de Tele Pocket. La question qui reste en suspens est de savoir si cette vente sera globale, ou si elle se fera par appartements.

Pour autant, l’opération demande à être menée avec beaucoup de doigté, à la fois pour éviter de nouvelles pertes massives d’emplois, pour maintenir le pluralisme de la presse écrite quotidienne en Belgique francophone, et pour donner aux Éditions de l’Avenir des perspectives de développement dans un marché entamé méchamment par l’emprise publicitaire des GAFAM (Google, Amazone, Facebook, Microsoft) que le pouvoir politique européen devra tôt ou tard, et idéalement plus tôt que tard, frapper au portefeuille, en réaction à leur politique scandaleuse d’évasion fiscale.

Une vente d’entreprise s’accompagne en effet souvent de mesures de «rationalisation», comme on le dit pudiquement pour éviter la brutalité du terme «licenciements».

Le rude plan social dont les Éditions de l’Avenir viennent de sortir a durement frappé la rédaction, et sa finalité, comme nous l’avons déjà expliqué ici, n’était pas uniquement économique. Bien sûr, il s’agissait de ramener les finances de l’entreprise dans le vert, mais les licenciements ciblés auxquels l’opération a donné lieu, en dépité des démentis hypocrites exprimés par un management désormais déconsidéré, montraient bien que l’indépendance journalistique était également ciblée.

Ce plan social exécuté, d’autres rationalisations étaient envisagées, qui allaient frapper les secteurs administratif et commercial: des regroupements à Liège, siège de Nethys, étaient planifiés, et des emplois, inévitablement, allaient être sacrifiés dans l’opération.

Une vente des Éditions de l’Avenir, à quelque repreneur que ce soit, s’il s’agit d’un des deux autres groupes de presse quotidienne en Belgique francophone, débouchera inévitablement sur de tels doubles emplois. Ce n’est pas forcément le seul scénario envisageable: il y a cinq ans, personne n’attendait Tecteo dans un secteur, auquel d’autres investisseurs, belges ou étrangers, pourraient s’intéresser.

Mais restons dans l’hypothèse de reprise belgo-belge, sous forme de regroupement au sein du paysage médiatique francophone. Et  si c’est un repreneur plutôt que l’autre qui décroche la timbale, c’est sans doute à un bain de sang social qu’il faut s’attendre, dont non seulement les services administratif et commercial feront les frais, mais également la rédaction, à nouveau. Car la reprise postulera la fermeture immédiate ou à court terme de certaines des éditions régionales du groupe.

Un autre scénario de reprise se traduirait par des pertes d’emplois plus limitées, qui ne nécessiteraient pas nécessairement un plan social en tant que tel, et sur le papier, il présente l’avantage d’ancrer le pluralisme de la presse quotidienne francophone en Belgique, en favorisant sa recomposition en deux groupes de force plus ou moins égale. Mais le tableau n’est pas aussi idyllique qu’il en a l’air.

Il pose tout d’abord la question de la pérennité financière du nouvel ensemble ainsi créé, par l’adjonction au repreneur de partenaires financiers privés, qui en attendront peut-être un retour sur investissement rapide. Et il pose, malgré tout aussi, mais en termes différents, la question du pluralisme de la presse. Car la pratique qui existe déjà en son sein est celle d’un partage large d’informations, politiques économiques ou sportives, qui fait que deux quotidiens que tout séparait au départ ne s’expriment désormais plus que d’une seule voix.

CorelioUn parallèle vécu personnellement illustre le propos. Il y a quelques années, pour traiter de la politique aéroportuaire et du transport aérien, il y avait quelques journalistes spécialisés en Flandre, dont l’un travaillait pour le Nieuwsblad, au sein du groupe Corelio, dont faisaient partie à l’époque les Éditions de l’Avenir.

De l’eau a depuis lors passé sous les ponts de l’Escaut et de la Meuse. Corelio a revendu les Éditions de l’Avenir à Tecteo en 2013, et s’est mué en Mediahuis, qui regroupe le Standaard, le Nieuwsblad, la Gazet van Antwerpen, et le Belang van Limburg. Le confrère est resté, d’autres ont été sacrifiés dans l’opération. Et par la suite, ses articles ont non seulement été publiés dans les quotidiens jumelés, le Standaard et le Nieuwsblad, mais aussi dans les quotidiens anversois et limbourgeois. Selon son inspiration, ses préférences, ou ses convictions, son opinion sur quelque problème que ce soit, a ainsi prévalu dans la moitié de la presse néerlandophone. Sans que plus aucun débat ne s’y ouvre, par exemple sur le survol de la zone du canal à Bruxelles, sur le développement de Ryanair à Bruxelles-National, ou sur l’intégration de Brussels Airlines dans la Lufthansa.

Voilà les risques liés à la vente des Éditions de l’Avenir à la fin de ce mois. Une vente qu’il faudra donc entourer de garde-fous, pour limiter les impacts à la fois sur l’emploi, et sur le pluralisme de la presse.

Un contrefeu classique, dans le cas d’un rapprochement entre journaux complémentaires, pourrait être dans la conception de rédactions transversales, sportive, économique, culturelle, politique, sociale, etc. Des sujets pourraient être plus richement couverts par des rédactions ainsi renforcées, avec, selon le cas, des articles différents selon les titres qui s’adressent à des publics différents, ou, dans un nombre limité de cas, des articles identiques déclinés dans différents journaux. L’objection à pareille mise en place sera vraisemblablement économique, mais la résistance la plus importante sera plus probablement psychologique: elle obligera à faire travailler ensemble des journalistes qui ne sont pas jusqu’ici vraiment concurrents, mais qui travaillent dans des quotidiens à la personnalité marquée, et à qui il faudra apprendre à vivre et à penser en commun.

Une autre recette plus ancienne consiste en la création d’une Fondation, chargée de défendre l’esprit d’un quotidien.

La référence classique, en Belgique, est la Fondation Hoste, côté flamand, qui veille à ce que les développements du Laatste Nieuws respectent les idéaux libéraux des fondateurs. Pareille tâche est évidemment plus aisée dans un contexte d’expansion, où le quotidien qu’elle protège, joue un rôle moteur. Dans un contexte défensif, où des impératifs économiques seront opposés à toute velléité de défendre un périmètre maximal, elle risque très vite de faire long feu.

L’étude McKinsey, commandée en son temps par l’ancien ministre wallon de l’Économie et communautaire des Médias Jean-Claude Marcourt, aujourd’hui président malgré lui du Parlement wallon, ne peut non plus être ignorée. Le document recommandait une mutualisation des moyens pour l’ensemble des quotidiens francophones de Belgique. Le centre d’impression de Rossel à Nivelles, où sont déjà imprimés les quotidiens du groupe L’Avenir, pourrait jouer ce rôle… pourvu qu’il puisse assurer l’ensemble des tirages, alors qu’il est déjà au bord de la saturation. Et surtout qu’il sorte du giron du groupe de presse actuellement dominant en Belgique francophone.

Reste la solution originale, à laquelle le personnel des Éditions de l’Avenir s’est attelé depuis plusieurs mois: celle d’une coopérative associant ce personnel aux lecteurs du quotidien, à des investisseurs locaux ou régionaux, et à des spécialistes des médias.

Les administrateurs d’Enodia et de Nethys ont déjà convenu de donner un rôle crucial à cette coopérative dans un processus de vente qui, par là même, sortira des schémas classiques. Le personnel politique lui-même, et notamment la nouvelle ministre communautaire des Médias, a manifesté son intérêt pour une initiative qui, pour ancienne qu’elle soit par sa forme, ouvre peut-être une voie nouvelle pour assurer l’avenir de la presse écrite quotidienne en Belgique francophone. Et surtout pour lui permettre d’explorer de nouvelles pistes de développement.

Pour la découvrir: https://www.notreavenir.coop/devenir-cooperateur/ Tous les soutiens sont utiles. Dès la part de base, à 50 euros. La contribution requiert un effort, certes. Mais, au regard d’autres dépenses, elle reste bien modeste, non?

Décidément, il n’est pas de bon bec que de Paris


La vitalité d’Hélène Carrère d’Encausse, la célèbre historienne spécialiste de la Russie, mais surtout la secrétaire perpétuelle de l’Académie française, faisait plaisir à voir, samedi soir au «28 Minutes» d’Arte. À voir la manière pétillante dont cette nonagénaire s’exprime, on s’en prend à rêver à la jeunesse éternelle. Et puis, elle a fait au cours de cette émission une annonce qui semblait enfin annoncer que la vénérable Académie était entrée au XXIeme siècle: son célèbre Dictionnaire est désormais accessible en ligne, et modernité oblige, le site qui l’héberge permet de vérifier les variations de la signification des mots au fil des siècles: toutes les versions du dictionnaire de l’Académie sont en effet ainsi disponibles.

Le wallon vu par l'AcadémiePlein de curiosité, je me suis donc rendu ce dimanche sur le site du célèbre Dictionnaire, dont la consultation se fait par recherches de mots, et non par un défilé de pages. Et j’ai testé un adjectif que je connais bien: wallon. Hélas, hélas, hélas, comme le disait le général de Gaulle en condamnant le putsch du «quarteron de généraux» à Alger, j’ai bien dû constater qu’au quai Conti, on ramène toute la francophonie à l’Hexagone, et que, pour immortels qu’ils soient, les Académiciens souffrent décidément de myopie!

Or donc, pour ces éminences, le wallon ne serait qu’un «dialecte français».

Qu’en termes peu choisis cette chose-là est dite. Et quelle ignorance. Le wallon n’est pas un «dialecte» et encore moins un «dialecte du français», c’est une langue romane, issue du latin au même titre que le roumain, l’italien, l’espagnol, le portugais ou… le français. Comme l’a un jour très joliment dit Julos Beaucarne, le chanteur et poète wallon, le wallon est «le latin venu à pied du fond des âges».

Sa grammaire et son vocabulaire diffèrent fondamentalement du français, même si la méconnaissance malheureusement croissante du wallon font qu’il se «francise» de plus en plus. Mais tout de même, les francophones, de France, de Navarre, ou d’ailleurs, pourraient-ils comprendre des mots comme «språtchi, «pirlotche», «ète», «fawe» ou «si dispièrter» (*)?

Au moins, ce dernier mot serait-il probablement compris en Espagne, où quelqu’un qui se réveille… se desperta!

Il n’est de bon bec que de Paris, disait-on jadis. Il semble bien qu’aujourd’hui, les becs parisiens ont perdu de leur sens du goûter.

La remarque vaut sur le plan culturel.

Mais à l’heure où certains professent des thèses rattachistes en assurant que la Wallonie, le cas échéant, recevrait à coup sûr un traitement réservé lors de son intégration dans la République française, il y a là comme qui dirait un sérieux bémol qui se profile.

(*) Pour les «non-Wallonophones»: «écraser»; «chaire de vérité»; «cimetière»; «hêtre»; «se réveiller»

Avons-nous mérité cette « Elisabethmania »?


ElisabethLes aficionados de la famille royale auront passé toute leur matinée à regarder ou écouter les émissions spéciales, dégoulinantes de guimauve, consacrées par les chaînes publique et privée à l’anniversaire d’Elisabeth, fille aînée du couple royal, dont plus personne ne peut sans doute ignorer qu’elle célèbre son dix-huitième anniversaire, et qu’elle devient donc majeure.

Celles et ceux qui ne sont pas sensibles à cette brusque et un peu surannée « Elisabethmania » n’ont donc eu de choix que de se tourner vers les chaînes étrangères, pour échapper à l’ambiance empesée qui a marqué un événement autrement festif, pour tous les autres jeunes de cet âge, dont la préoccupation première est souvent de passer leur examen de permis de conduire, afin de marquer leur autonomie.

Cette préoccupation n’est sans doute pas première pour la jeune princesse. D’abord parce que d’autres responsabilités l’attendent… peut-être. Et puis parce que si elle veut se déplacer, des chauffeurs sont sans doute à sa disposition.

Quitte à doucher l’enthousiasme des commentateurs plus royalistes que le roi, il faut pourtant rappeler qu’il est un peu prématuré de décrire cette jeune personne comme « future reine des Belges ». Car, d’ici à son accession à la responsabilité éventuelle de cheffe d’Etat, bien des choses peuvent se passer. La plus dramatique, que nous n’évoquerons quà titre indicatif, serait qu’elle disparaisse avant son père, le roi Philippe. Idée sacrilège? Les contrats d’assurance sur la vie sont remplis d’hypothèses de ce type.

D’autres contingences pourraient empêcher son accession au trône de Belgique. La première, serait… qu’il n’existe plus de Belgique. Les partis indépendantistes flamands ne sont pas loin d’arriver ensemble à la moitié des sièges au Vlaams Parlement. Si un jour, ils l’atteignent, on ne donnerait plus cher du cordon sanitaire, qui tient le Vlaams Belang à l’écart de toute forme de pouvoir depuis bientôt trente ans. Rien ne dit non plus que l’indépendance de la Flandre l’emporterait, lors d’un référendum du type de celui qui s’est déroulé jadis au Québec, naguère et peut-être bientôt en Ecosse, et que la Catalogne n’a pu organiser de manière ordonnée.

Une autre hypothèse serait que la Belgique… ne soit plus une monarchie. « La Belgique a besoin de monarchie comme de pain », a souvent répété l’historien émérite liégeois, Francis Balace, fasciné par la monarchie belge, citant un aphorisme prononcé au XIXeme siècle. Mais la Belgique de plus en plus fédérale n’a plus rien à voir avec la Belgique unitaire des débuts, et qui sait, un jour, Flandre, Wallonie, plus Région bruxelloise et Région germanophone, pourraient décider d’un mode d’organisation de l’Etat sur le modèle de la Yougoslavie de Tito, avec une présidence de la République tournante?

Foutaises que tout cela? Peut-être. Comme l’hypothèse qu’Elisabeth, le jour venu, renonce au trône. Ou qu’on découvre dans son passé un élément l’empêchant d’accéder à la fonction de chef d’Etat. Du style fraude fiscale à grand échelle, adhésion à un parti rattachiste, ou autre cause dirimante.

Reste enfin la conjonction d’éléments (Elisabeth survit à son père, ou vit au moment de son abdication éventuelle; la Belgique existe toujours et est toujours une monarchie; la princesse est prête à assumer la fonction; et aucun obstacle ne se dresse sur sa route): voilà pourquoi on devrait dire qu’elle est non pas la « future reine des Belges« , mais la « future reine présomptive des Belges« . Tant il est vrai que, comme l’avait dit Albert Camus, « mal nommer les choses, c’est aujouter au malheur des gens ».