Je croirais à l’automobile électrique si….


Voiture électriqueAlors que le Salon de l’auto bat son plein à Bruxelles, la campagne de promotion pour la voiture électrique a pris une vigueur particulière. Est-ce le véhicule de l’avenir? J’avoue mon scepticisme, et le mot est faible. Mais je veux rester positif, et dirai que je pourrais croire à l’automobile électrique si…

 

  • la production de véhicules électriques ou hybrides ne constituait pas pour l’industrie automobile un moyen de ramener l’émission moyenne de CO2 des différents modèles mis en vente sous des niveaux qui lui vaudraient de sérieuses amendes
  • cette campagne de promotion ne rappelait pas celle qui a poussé de nombreux automobilistes à troquer leur véhicule à essence contre un véhicule diesel, souvent en dépit de toute logique, il y a quelques années, au motif qu’ils émettaient moins de CO2 et étaient donc moins nuisibles pour l’environnement
  • cette campagne promotionnelle ne rappelait pas celle qui a mis récemment en cause le moteur diesel – alors que de nombreux usagers, donc, s’étaient tournés vers cette motorisation – responsable d’émission de particules fines, nuisibles pour l’environnement et la santé.
    • cette campagne a eu des effets rapides, et dès l’an dernier, les véhicules à essence ont repris le dessus. Résultat des courses: la pollution au CO2 est repartie à la hausse en Belgique l’année passée
  • le secteur automobile dans son ensemble n’acceptait, pour les batteries électriques indispensables aux modèles électriques ou hybrides, que des métaux rares extraits dans des régions où le travail des enfants est interdit et où les mineurs reçoivent un salaire décent
    • «Plus de la moitié du cobalt mondial, que l’on retrouve dans les batteries de la plupart des véhicules électriques et des téléphones portables, vient de RDC, où 20 % du cobalt est extrait à la main, dans le cadre de ce que l’on appelle l’exploitation minière artisanale.

      Des recherches menées par Amnesty International ont montré que les mineurs congolais qui extraient le cobalt dans ces mines artisanales travaillent dans des couloirs souterrains étroits et dangereux et manipulent des minerais nocifs sans équipement de sécurité ou de protection de base. Des enfants âgés de sept ans pour les plus jeunes ont été vus en train de travailler aux côtés d’adultes jusqu’à 12 heures par jour, triant des minerais et portant de lourdes charges pour gagner l’équivalent d’un ou deux dollars. Les autorités du gouvernement chargées de garantir le respect des normes de santé et de sécurité et d’empêcher le travail des enfants ferment les yeux sur ces agissements ou ne font pas appliquer la loi.

      Les négociants et les sociétés qui achètent ces minerais le font en général sans poser de questions élémentaires à propos de l’origine des matières premières ou des conditions dans lesquelles elles ont été extraites, comme l’exigent les normes internationales. Des enfants âgés de sept ans pour les plus jeunes ont été vus en train de travail.

      C’est ainsi que du cobalt lié aux pires formes de travail des enfants et  à autres graves atteintes aux droits humains est apparu dans les chaînes d’approvisionnement internationales de fabricants de batteries qui collaborent avec certaines des plus grandes marques automobiles et électroniques du monde» a communiqué Amnesty International, le 1er mai 2018.

    • Curieusement, cette iniquité n’est jamais évoquée par les promoteurs des véhicules électriques ou hybrides. Ni par les producteurs de Smartphones. Un tel engagement permettrait une amélioration réelle des conditions de vie des «creuseurs» qui extraient ces métaux rares; et favoriseraient le développement des pays concernés.

    • Le prix des batteries électrique s’en retrouverait multiplié par cinq, dix, vingt, ou plus. Mais l’industrie automobile n’en aurait cure, puisqu’elle le répercuterait de toute manière sur les usagers. Lesquels, en y allant de leur portefeuille, poseraient consciemment un vrai geste pour la défense de la planète.
  • si le problème de la production d’électricité, nécessaire pour alimenter ces véhicules électriques ou hybrides n’était pas régulièrement ignoré ou minoré

    • Un bel exemple d’enfumage a été donné récemment par le patron d’Engie. «L’augmentation de consommation liée à la voiture électrique ne représenterait que 3%, selon nos prévisions. Ça n’aurait pas un effet important par rapport à la consommation globale» a posé Philippe Van Troeye. (https://www.lavenir.net/cnt/dmf20200106_01427507/1-million-de-voitures-c-est-3pct-de-l-electricite)  Le calcul est basé sur le nombre d’un million de voitures électriques à l’horizon 2030, soit 20% d’un parc automobile belge qui, au 1er août dernier, se chiffrait à 5.889.210 voitures privées. Mais, surtout si la campagne de promotion ne fait que s’intensifier au fil des ans, la proportion ne se limitera pas à un cinquième du parc automobile. Et même dans ce cas de figure, sauf à prolonger des centrales nucléaires, Engie convient qu’il faudrait… des centrales au gaz en plus. Donc des unités de production polluantes. On tourne donc en rond… même si on peut être sûr qu’en cas de hausse de la consommation due à l’augmentation du parc de véhicules électriques, il ne faudra pas attendre longtemps pour voir formuler des demandes de prolongation de la durée de vie de centrales nucléaires dont la mise à l’arrêt est censée démarrer en 2025…
      • Soit dit au passage, le 3% de consommation supplémentaire à l’horizon 20130 ne doit pas être sous-estimé comme le font les dirigeants d’Engie: quand la consommation d’électricité, certains soirs d’hiver, sera maximale, 3% supplémentaires pourraient représenter le point de rupture, et la grande panne maintes fois annoncée surviendrait enfin.
  • Si le problème du recyclage des batterie électriques était enfin débattu avec honnêteté.
    • On ignore si le propriétaire de la Tesla accidentée dont aucun ne voulait a trouvé solution à son problème. À part sur  Euronews (https://fr.euronews.com/2019/11/21/autriche-une-tesla-dont-personne-ne-veut), on n’a guère vu cette nouvelle répercutée.
    • On n’en est bien sûr qu’au début de l’expérience des véhicules électriques, et des filières de recyclage doivent encore se mettre en place, et se perfectionner, mais dans l’état actuel des choses, le taux de recyclage reste effectivement très bas, et l’opération est aléatoire
      • «Sans recyclage, le risque serait, qu’à terme, des accumulateurs abandonnés de cette technologie (NB: au lithium) soient emportés par des incendies, créant d’importantes fumées irritantes et toxiques, susceptibles de contenir du fluorure d’hydrogène. Le lithium est un métal qui attaque les tissus organiques. Il réagit avec l’oxygène, l’azote et la vapeur d’eau contenus dans l’air pour former une substance, elle aussi, particulièrement corrosive» peut-on lire sur un site spécialisé ( https://www.automobile-propre.com/dossiers/recyclages-batteries-voitures-electriques/). «Fondre totalement la chaîne de recyclage des batteries de traction embarquées dans les voitures électriques et hybrides avec celui des autres accumulateurs n’est pas forcément la meilleure solution. C’est pourquoi des structures spécialisées sont nées», poursuit le même site. Il est plus loin question de la mise en place d’un «démonstrateur industriel en amont du recyclage»,, et ,  «d’allongement de la durée de vie» des batteries, «en partenariat avec les constructeurs automobiles concernés», et d’«applications de stockage tampon» qui permettent «de baisser globalement la pollution générée par les batteries, depuis l’extraction des matières premières jusqu’au recyclage final». L’impression qui se dégage de tout cela, c’est que, si on atteint une proportion d’un cinquième du parc automobile belge en électrique à l’horizon 2030, le problème du recyclage se posera tout de suite de manière très très aiguë.

  • si parallèlement à cette promotion de l’électrique ou de l’hybride, des alternatives au moins aussi respectueuses de l’environnement, étaient développées avec autant d’intensité.

 

 

    • Pompe à CNGLe gaz naturel comprimé (CNG) est d’ores et déjà opérationnel. Il est notoirement moins cher et moins polluant que les carburants fossiles. Problème: les modèles disponibles sont rares. Et trouver un point d’approvisionnement relève pour l’instant de la chasse au trésor!

 

 

    • Batterie à hydrogèneL’hydrogène n’émet ni C02, ni particules fines, mais simplement de la vapeur d’eau. Là aussi, les modèles sont rares et hyper chers. Et on ne compte que… deux stations d’approvisionnement en Belgique.
      • Le caractère inflammable de l’hydrogène  (cf. la tragédie du Hindenburg, gonflé au dihydrogène en 1937, a été la première catastrophe filmée en direct) de l’hydrogène est régulièrement mis en cause (mais l’essence elle-même, ou le diesel, sont eux aussi hautement inflammable…) de même que ses effets corrosifs. Mais tout cela semble poser des problèmes moins insolubles que le recyclage des batteries au lithium ci-dessus.

Voilà la question exposée. Je peux être convaincu par le véhicule électrique. Il ne reste «plus qu’à…»

Et l’indépendance de la Justice, bordel?


Jan JambonJan Jambon, aurait sans doute été fort aise d’entendre un commentaire qui m’est venu aux oreilles, ce midi, où dans une conversation entre voisins de table, quelqu’un a lancé «qu’il (entendez: Salah Abdeslam) aurait mérité une balle dans la tête».  On suppose que l’auteur de la réflexion partageait la réflexion émise ce dimanche par le ministre de l’Intérieur, qui trouvait anormal que l’avocat du seul survivant des attentats de Paris, Me Sven Mary, ait osé invoquer un argument de procédure dans la défense de son client. Et ajouté que le rôle de l’avocat était de veiller «à ce que son client écope d’une peine juste». Peut-on en déduire que, pour le ministre N-VA de l’Intérieur, aucun accusé, ni aucun prévenu ne peut envisager un acquittement devant le tribunal appelé à le juger?

L’homme a par ailleurs fait preuve, là, d’un singulier manque de flair politique, inhabituel dans son chef. Car, qu’un vice de procédure reconnu annule tous les actes d’enquête visant Salah Abdeslam dans l’affaire de la fusillade de la rue du Dries, ou que l’individu soit finalement acquitté des préventions telles que libellées à son encontre, un des arguments éculés qu’il a brandis pour dire son mépris du tribunal correctionnel qui doit le juger, se retrouverait vidé de sens: la démonstration serait faite, si besoin en était, que les prévenus musulmans sont jugés exactement de la même manière que les prévenus non-musulmans par les tribunaux belges.

Du côté du Syndicat de la magistrature, et des Ordres des Barreaux francophone et germanophone d’une part, flamand d’autre part, la réaction aux déclarations du ministre a été tout autre, et ses oreilles ont dû tinter à de nombreuses reprises ce lundi.

L’affaire est d’importance, car Jan Jambon, vice-Premier ministre, est un des porte-parole majeur du pouvoir exécutif, et sa réflexion, populiste s’il en est, pourrait être de nature à influer sur la décision de juges qu’on estime, heureusement, imperméables à toute forme de pression.

Ce n’est par ailleurs pas la première fois, ont noté des observateurs, que des ministres N-VA mettent en cause la justice et les décisions de justice.

Interviewée par «La Première», dans l’émission CQFD («Ce qui fait débat») entre 18h et 18h30 -avant que le porte-parole de l’Odre des Barreaux francophone et germanophone soit interviewé sur le même thème quarante minutes plus tard par Eddy Caeckelberberghs, dans son émission «Au bout du jour» sur… «La Première»!- la présidente du Syndicat national de la magistrature, Manuela Cadelli, rappelait l’annonce faite par Theo Francken, secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, de ne pas appeler les décisions de justice où l’État avait été condamné. Mais aussi le non-respect, par son ministre de tutelle, Koen Geens (CD&V) des cadres légalement fixés pour l’administration de la justice.

thémisEt c’est vrai que, depuis le début de la présente législature, la justice a été singulièrement malmenée!

S’il est vrai qu’un effort a été entrepris pour résorber l’incroyable retard dans les rémunérations des experts de justice, on rejoindra la présidente du Syndicat de la magistrature dans son constat que la justice, elle-même, dispose de trop peu, voire de moins en moins, de moyens. Et on rappellera notamment  la désastreuse réforme de la cour d’assises, qui a eu pour effet que, selon les cas, des justiciables auteurs des mêmes faits homicides, ont comparu, les uns, classiquement, devant un jury populaire, les autres devant un tribunal correctionnel, dont les jugements ont, en général, été bien plus sévères que les arrêts d’assises: bonjour l’égalité de tous devant Thémis!

Koen Geens se rendrait tellement compte des dégâts qu’il nourrirait maintenant le projet de proposer une… réforme de la réforme de la cour d’assises, pour, sur le modèle français, prévoir un jury réduit qui délibérerait sur la culpabilité… ou l’innocence de l’accusé, n’en déplaise à M. Jambon, avec les magistrats professionnels (ce qui réduirait le temps nécessaire à la motivation du verdict), et créer, enfin, une instance d’appel pour la cour d’assises. Si on peut souhaiter que le ministre de la Justice ait, là, le temps d’arriver au bout de ses idées, il n’est pas sot d’envisager qu’ensuite, des recours à la cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg se succèdent, envoyés par des condamnés à de lourdes peines par des tribunaux correctionnels chargés des dossiers criminels. Et que les condamnations de la Belgique s’y succèdent…

Tout ceci nous éloigne des déclarations intempestives du ministre de l’Intérieur.. qui ne subira évidemment pas de rappel à l’ordre, ni, vraisemblablement, d’un recadrage, du Premier ministre, trop anxieux de ne pas mettre sa majorité en péril.

Cela posé, il en faut plus pour impressionner Sven Mary, un des ténors du Barreau en Belgique, tant, d’ailleurs, du côté francophone que du côté néerlandophone. Le plaideur a, il est vrai, de qui tenir: son père, Tony Mary, qui est sorti du silence de sa retraite pour exprimer sa solidarité avec lui, a, au cours d’une carrière variée, essuyé, en tant qu’administrateur de la VRT, essuyé l’hostilité d’un certain… Geert Bourgeois, aujourd’hui ministre-président flamand… N-VA. Débarqué, l’homme avait pris le chemin de la France, se disant fatigué de l’esprit nationalisme étriqué qui régnait au nord du pays. On voit de qui Sven Mary a hérité de son franc-parler et de son esprit critique!

Interpeller sans rien proposer?


La présence massive de militaires et de policiers en rue; les stigmates qui marquent toujours l’aéroport de Zaventem et la station de métro de Maelbeek; les précautions particulières prises dans les aéroports régionaux; les fleurs déposées à la Bourse, à Bruxelles; et puis les arrestations qui se sont multipliées depuis le sanglant 22 mars: tout nous rappelle la journée tragique qu’a vécue la Belgique, il y a trois semaines. Et la réponse principale qui y est apportée est sécuritaire.

Chacun, pourtant, s’accorde à dire que cette réaction seule ne suffira pas. Qu’il y a un travail en profondeur à effectuer. Du type de celui qu’effectue, non sans péril, côté flamand, le chercheur belgo-palestinien Montasser AldE’emeh, que j’ai eu le privilège d’interviewer l’été dernier. Depuis lors, sa position à l’égard du Groupe État Islamique n’a fait que se durcir, et il dénonce sans cesse l’imposture philosophique de ces prétendus représentants d’un islam pur. Ou intégral.

Quelle réponse apporter à cet intégrisme sanglant? Pour certains, et l’émission «Face à l’info», sur la Première, l’a encore répété aujourd’hui, la riposte principale, sinon la seule, passe par une laïcité conquérante. Au risque d’isoler encore un peu plus les musulmans, à qui on ne cesse de demander de condamner les crimes de Daech, comme s’ils en étaient tous individuellement coupables?

sykes-picotEt si on tentait un autre logiciel? Confronté à un discours anti-occidental de plus en plus répandu par Internet ou par des chaînes satellitaires, le romancier Fouad Laroui, bien résolu à combattre les fondamentalistes «thèse contre thèse», expliquait, il y a peu que «la façon dont on raconte en Europe l’histoire récente, celle du XXe siècle, est désormais remise en cause. Le XXe siècle est vécu (dans le monde arabe) comme une série de mensonges et de trahisons de la part de l’Occident: les promesses non tenues de Lawrence et de McMahon; la déclaration Balfour; les accords Sykes-Picot; la création de l’État d’Israël; etc. J’insiste sur ce point: un discours n’est jamais « juste » ou « faux ». Du moment qu’il a une cohérence interne, il fonctionne».

Accords Sykes PicotOn se souvient d’ailleurs de la mise en scène, par le Groupe État Islamique alors conquérant, de la suppression de la frontière entre la Syrie et l’Irak, signe, proclamait-il, de la fin des accords Sykes-Picot… dont bien des Européens ignorent par ailleurs à la fois l’existence et la portée!

Ma consœur Hind Fraihi, elle aussi, mène campagne contre l’intégrisme islamiste, qu’elle avait débusqué à Molenbeek dès 2005. Ses avertissements d’alors, malheureusement, n’ont pas été pris au sérieux. Commentant l’édition de son livre en français, elle me confiait récemment qu’en Belgique «on s’est focalisé sur le voile, en le qualifiant de signe religieux ostentatoire. Mais quand les arbres de Noël prolifèrent en fin d’année, on ne dit rien. Alors que l’arbre de Noël a aussi un fondement religieux». Précision importante: Hind Fraihi n’est pas voilée.

Dans son livre «Terreur dans l’Hexagone», l’islamologue français, Gilles Kepel, rappelle, snas préciser qu’il en était un des auteurs, (p.232) «un rapport sur la politique d’intégration française, commandée par le Premier ministre (socialiste) Jean-Marc Ayrault en 2012, et publié en décembre 2013».  Une des cinq parties de ce rapport, rappelle Gilles Kepel, «suggère de revenir sur l’interdiction du port du voile dans les établissements scolaires, prenant position contre l’orientation voulue par le ministre de l’Éducation nationale». Le document «invite à réfléchir aux conditions de développement d’une laïcité inclusive et libérale de la laïcité, une laïcité commune, sensible à la fois au contexte et aux conséquences de sa mise en pratique». Il sera… rapidement retiré du site Web de l’hôtel Matignon, résidence du Premier ministre français.

La question mérite réflexion chez nous également. Interdire le voile dans l’enseignement primaire est cohérent et respectueux de l’islam, qui ne prône ou ne réclame pas le port du voile par les filles prépubères. Mais perdrait-on à le tolérer dans l’enseignement secondaire, pourvu qu’on soit intransigeant pour le reste, et que soient refusés, par exemple, le rejet de certains enseignements, ou l’exigence d’horaires séparés pour d’autres cours?

Et pourquoi pas un débat sur la fonction publique? Est-il équitable de soupçonner une fonctionnaire de partialité, au motif qu’elle est voilée? La discussion, au sein de l’administration, est parfois d’un… jésuitisme assez effarant: des fonctionnaires qui ne sont pas en contact avec le public pourraient être voilées, mais devraient retirer leur voile, dès qu’elles sont en contact avec le public?

Ah, bien sûr, tout cela en vertu de la «sphère privée» dans lequel devrait se cantonner la religion. L’exigence témoigne d’une singulière méconnaissance des religions qui, quelles qu’elles soient, invitent  leurs adhérents à manifester leur foi et à la partager. Avec un succès très relatif d’ailleurs. Mais elle est aussi assez hypocrite, car, in fine, elle ne permettrait qu’aux laïques militants de ne pas réserver, eux, leur opinion à leur sphère purement privée.

Aucune réponse simple, ou hâtive, ne peut être apportée à ces questions. Mais une chose est acquise: la réponse sécuritaire seule ne suffira pas à réduire l’intégrisme islamiste. Comme, pour rappel, la victoire des Alliés, en 1945, et la dénazification qui l’a suivie n’a pas empêché d’anciens nazis de conserver de plantureux postes, ou des fonctions de pouvoir, dans la République fédérale allemande. Jusqu’à ce que la facture soit violemment présentée, trente ans plus tard, par la Rote Armee Fraktion. Mettre au placard le rapport évoqué par Gilles Kepel n’a pas aidé à résoudre le problème. Ignorer la réflexion d’un Fouad Louari n’y contribuera pas plus…