Hommage à un grand confrère flamand ignoré des médias francophones / Hulde aan een grote Vlaamse collega die de Franstalige media niet kennen


Il n’est pas grand en taille mis il est énorme par le talent. Il a risqué plus d’une fois sa vie dans des pays en guerre, et il a parcouru le monde entier. À la VRT (Vlaamse Radio en Televisie) où il travaille depuis pas loin de trois décennies, son nom est devenu un nom de programme. Et la semaine dernière, il a été fait docteur honoris causa de la VUB (Vrije Universiteit Brussel), en même temps que la journaliste russe Elena Milashina qui publie ses articles critiques dans la Novaïa Gazetta, gagnante en 2009 du prix Alison Des Forges de Human Rights Watch, recevait la même distinction auprès de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Elena Milashina a été interviewée par plusieurs médias francophones, et c’est mérité. Mais il m’est difficile de comprendre pourquoi Rudy Vranckx, lui, est passé totalement inaperçu.

« Rudi Vranckx est considéré comme l’un des journalistes belges et correspondants de guerre les plus estimés de sa profession. Le journaliste de la VRT doit sa notoriété à la façon dont il couvre les conflits internationaux : historien de formation, il s’attache à fournir un éclairage objectif et humain sur les raisons qui poussent les nations à provoquer des conflits meurtriers  » a expliqué l’ULB.

J’ajouterai que sa notoriété ne lui a pas tourné la tête et qu’il est resté le journaliste conscient de sa valeur mais modeste, qui faisait partie du conseil de direction national d’une AGJPB encore unitaire que je présidais de 1995 à 1999.

Il est l’honneur du journalisme télévisé flamand, et l’est aussi de la presse belge.

* * *

Dat groot is hij niet maar met zijn talent is hij reuzachtig. Meer dan eens heeft hij zijn leven in oorlogszonen geriskeerd en hij heeft de wereld meermals doorgekruisd. Bij de VRT waar hij nu al bijna dertig jaar werkt is zijn familienaam een programma naam geworden. En verleden week werd hij tot doctor honoris causa van de Vrije Univesiteit te Brussel genoemd , terwijl de Russiche journaliste Elena Milashina die haar kritische stukken in de Novaïa Gazetta publiceert en die in 2009 de Alison Des Forges prijs va Human Rights Watch won, dezelde eer kreeg bij de Université Libre de Bruxelles.a

Elena Mishima werd verdiend door verschillende Franstalige media geïnterviewd maar ik kan moeilijk begrijpen waarom Rudy Vranckx bij de gelegenheid total onbemerkt bleef.

« Rudi Vranckx wordt in het beroep beschouwd als één van de meest gerepecteerde Belgische journalisten en oorlogskorrespondenten. De VRT journalist dankt zijn beroemdheid aan de manier waarop hij internationale conflicten dekt: als geleerde historicus wil hij objectief uitleggen waarom sommige naties bloedige conflicten veroorzaken » verklaarde ULB.

Ik zal er bij toevoegen dat zijn beoemdheid zijn Koop niet deed draaien en dat hij nog altijd de journalist bewust van zijn waarde maar bescheiden die deeluitmaakte van de directieraad van de toen nog unitaire AVBB die ik van 1995 tot 1999 voorzat.

Hij is de ere van de Vlaamse Televisie, en hij is het ook van de Belgische pers.

Avec Bart De Wever, les Flamands ont leur Poutine. Ou leur Kabila?


L’insoutenable suspense a donc pris fin: avant de s’envoler pour Shanghaï, Bart De Wever a envoyé la demande de dérogation indispensable pour pouvoir briguer un quatrième mandat à la présidence de la N-VA.
zoveel-viel-bart-de-wever-echt-af_667x1000La veille encore, le bourgmestre d’Anvers jouait la comédie: il ignorait s’il allait franchir le pas; il fallait qu’il en parle avec quelques personnes… Depuis des semaines, pourtant, on sait qu’il «rempilera» en 2015. À la fois parce que le succès électoral du parti nationaliste flamand de droite extrême et sa participation aux gouvernements flamand et fédéral a exigé la montée dans les exécutifs d’un grand nombre de responsables, dont Jan Jambon et Ben Weyts, qui, sans avoir l’aura du gourou de Deurne, auraient pu prétendre à sa succession. Ensuite, comme me l’ont expliqué cette semaine les politologues gantois, Carl Devos, et bruxellois, Dave Sinardet, il y aura d’ici à 2019, date des prochaines élections, quelques couleuvres à faire avaler à l’électorat, spécialement nationaliste, de la N-VA. Et les talents oratoires de Bart De Wever seront sans doute grandement nécessaires pour calmer le dépit de celles et ceux qui espéraient voir la cause de l’indépendance flamande faire un grand bond en avant avec l’arrivée au pouvoir du parti indépendant(r)iste.
Il n’y aura d’ailleurs peut-être pas que la base nationaliste de la N-VA à calmer ainsi. La Flandre de droite a voté massivement N-VA, en croyant le mythe selon lequel sa prospérité reviendrait à tire d’ailes dès que les liens avec la Wallonie sclérosée seraient rompus. Mais dans l’attente, la N-VA au gouvernement flamand, ce sont des études supérieures nettement plus chères; ce sont des associations culturelles privées de subsides; c’est une VRT obligée de tailler dans le vif (et qui doit se demander si elle a bien eu raison de consacrer De Wever «slimste mens ter wereld», l’homme le plus intelligent du monde, il y a quelques années…) et c’est un accès durci aux logements sociaux. Tout cela pour commencer!
Bart De Wever est donc bien parti pour entamer un… quatrième mandat à la présidence de la N-VA, dont les statuts limitent pourtant à deux le nombre maximum de mandats possibles à ce post: c’est le sens de la dérogation qu’il a sollicitée, et qu’il obtiendra sans aucun doute sans coup férir. Il avait pourtant juré ses grands dieux, en devenant bourgmestre d’Anvers, le 14 octobre 2012, qu’il quitterait la présidence du parti à l’issue de son troisième mandat. En arguant que la cité portuaire mérite un mayeur à part entière…
L’homme fort du parti se justifiera sans doute en disant qu’il répond ainsi aux sollicitations qui viennent de toutes parts. On lui en donnera acte.
Vladimir_Putin_-_2006Il ne fait en l’occurrence que reproduire le comportement d’un Vladimir Poutine, qui a toutefois fait preuve de plus de subtilité que lui (mais ils ne jouent évidemment pas dans la même cour). Limité par la Constitution russe à deux mandats, le président russe a changé de fauteuil avec son président, Dmitri Medvedev, et, pendant la durée des deux mandats de ce dernier, il a inversé le rapport de forces politique entre la présidence russe et la direction du gouvernement. Puis il est gentiment revenu pour un nouveau cycle de deux mandats, en rendant à la présidence tout son éclat. Pour sans doute ensuite, inverser à nouveau les rôles… jusqu’à ce que mort s’en suive?
Joseph KabilaJoseph Kabila n’en est pas là. Mais le président congolais ne pourra, en principe, pas, au terme de son mandat (contesté), se représenter à la présidence de la République Démocratique du Congo.Mais, à son âge (43 ans), le président congolais se voit mal accéder bientôt à la retraite… et ce n’est pas Bart De Wever qui le contredira, puisque le gouvernement fédéral dont la N-VA fait partie vient de rehausser à 66 puis à 67 ans, à l’horizon 2030, l’âge de la retraite en Belgique. Joseph Kabila songe donc à une modification de la Constitution congolaise, qui lui permettrait de rempiler. Et malgré l’opposition démocratique, il serait bien capable d’arriver à ses fins.
L’opposition bolivienne ne dit rien d’autre d’Evo Morales, qui va être élu ce dimanche pour la troisième et en principe dernière fois à la tête de son pays.
Les mauvaises pratiques, décidément, sont contagieuses. Curieusement, elles semblent rarement rendre heureux ceux qui les mettent en œuvre. Et tout auréolé qu’il soit de ses succès électoraux répétés, Bart De Wever n’aura jamais l’envergure d’un Winston Churchill, qui s’est incliné devant l’impitoyable et invraisemblable verdict des urnes qui l’a renvoyé dans l’opposition, en 1945.Le vieux lion y a trouvé au contraire une nouvelle énergie pour tenter de renverser la vapeur. Et rappelé que «la démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres». Dont celui de la démocratie dirigée, à la sauce N-VA, russe, congolaise, bolivienne, etc.