Tous pour la liberté de la presse? Toujours et partout, alors…


L’Europe a rendez-vous à Paris, ce dimanche, pour exprimer sa solidarité à toutes les victimes, cette semaine, des assassins nazislamistes, et surtout pour clamer son refus de l’obscurantisme et son attachement à la liberté d’expression, à la liberté de la presse, et à la démocratie. Les polémiques politicardes qui avaient démarré en France alors même que les tueurs étaient toujours en cavale passent désormais à l’arrière-plan, et c’est très bien comme cela: elles n’ont pas leur place en ce moment.

L’initiative du mouvement est venue du président du Parlement européen, Martin Schulz, qui devait rencontrer François Hollande, le président français, et Angela Merkel, la chancelière allemande ce dimanche, et qui, en annulant le rendez-vous, a proposé que tous trois participent à la manifestation parisienne. Le mouvement était lancé, et l’Europe entière va s’y exprimer à travers ses représentants. Dans le même temps, dans de nombreuses villes européennes, des rassemblements, petits ou grands, se dérouleront dans le même esprit. Ce sera peut-être là la plus grande défaite des nazislamistes, qui ont finalement renforcé la conviction et la détermination démocratiques de tous les Européens et même, au-delà, de nombreux citoyens dans le monde

On a déjà noté le paradoxe qu’il y a à voir des personnalités et des institutions qui constituaient les cibles habituelles de Charlie Hebdo rendre ainsi hommage à Cabu, Wolinski, Charb, et Tignous. Comme les quatre compères n’étaient toujours pas inhumés, ils n’ont pu se retourner dans leur tombe en entendant sonner le glas de Notre-Dame, ou les hommages du pape, de Sarko, de la police, etc. Et même de Philippe et Mathilde, pas rancuniers du tout, qui ont pardonné au magazine qui, à la mort de Baudouin, avait titré dans son n° 58, du 4 août 1993, sur la mort du «roi des cons» (on était en pleine époque des histoires belges en France). Le magazine avait à l’époque, été bloqué à la frontière, dans une parfaite illustration du principe de la responsabilité en cascade, prévu par le constituant de 1831 pour garantir la liberté de la presse.

À l’inverse, on peut saluer un sursaut démocratique dans une société où même ceux dont «Charlie Hebdo» faisait son menu habituel placent la défense de la liberté de la presse et de la liberté d’expression par-dessus tout, et notamment par-dessus leurs différends avec l’hebdomadaire. Avec des nuances regrettables parfois: un évêque français, ancien porte-parole de la conférence des évêques de l’Hexagone, revenait, un jour de cette semaine, avec la notion du souci de «ne pas blesser les convictions intimes» des lecteurs dans une caricature. Cette limitation même n’est pas tolérable, car avec la variété des convictions, il deviendrait impossible aux caricaturistes de se moquer de qui que ce soit, s’ils et elles devaient avoir constamment cette préoccupation à l’esprit. Les dessinateurs de «Charlie Hebdo» n’ont pas toujours été des mieux inspirés: en voulant être à la fois bêtes et méchants, ils ont été à plus d’une reprise plus bêtes que méchants, voire plus méchants que bêtes. Mais personne n’a jamais été tenu de les acheter. Personne n’a jamais été empêché de penser que, décidément, ils étaient à côté de la plaque. Et il n’a jamais été interdit à qui que ce soit de dire tout le mal qu’il ou elle en pensait.

Journalistes tunisiens assassinésEn honorant Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, c’est donc la liberté de la presse que les manifestants défendront ce dimanche. Et en honorant également Sofiane Chourabi et Nadhir Guetari?

«Sofiane qui? Nadhir qui?» vous demandez-vous sans doute. C’est vrai, notre grande presse d’héroïsme n’en a pas beaucoup parlé cette semaine, mais tandis que les courageux combattants d’al-Qaïda au Yemen abattaient des dessinateurs armés de leur seul crayon, des flics pris au dépourvus, des employés et des visiteurs qui avaient simplement le tort d’être là où il ne fallait pas être, et tandis que leur petit camarade tirait dans le dos d’une policière puis, ce vendredi, abattait avec un courage remarquable des clients d’une épicerie kasher, d’autres assassins, se réclamant, eux, de l’État islamique en Libye, qui détenaient ces deux journalistes tunisiens, les exécutaient après plus de 120 jours de détention. Leur crime? Travailler pour des médias «ennemis de l’EI». Entendez, des médias prônant des valeurs démocratiques: Sofiane Chourabi était, en 2011, du nombre des «blogueurs de la révolution». Une révolution que la population tunisienne n’avait pas menée pour substituer une tyrannie islamiste à la dictature en place depuis l’indépendance.

Le nom de Sofiane Chourabi et de Nadhir Guetari n’a guère été cité dans la presse européenne cette semaine. Et pour cause, nous dira-t-on: les événements de Paris occultaient ce qui se passaient dans le reste du monde. Objection non recevable: les deux journalistes tunisiens, comme les dessinateurs de «Charlie Hebdo» sont morts pour la liberté d’informer. Comme l’ont été, il y a une vingtaine d’années, des dizaines de journalistes algériens, égorgés par les tueurs du FIS (Front Islamique du Salut) puis du GIA (Groupe Islamique Armé). Comme le sont, chaque mois, des journalistes pakistanais, victimes des talibans, quand ils échappent aux foudres de leur gouvernement. Même quand rien de tel ne se passe chez nous, de tels assassinats ne font plus l’objet d’une brève, ni dans un JT, ni dans un JP, ni dans le moindre média écrit…

La fameuse règle du «mort-kilomètre», alors, qui veut qu’un mort au coin de votre rue «pèse» plus qu’un millier de morts à mille kilomètres? Possible. Mais, même si la polémique n’avait peut-être pas lieu d’être, dans le contexte dramatique des jours derniers, entendre le ministre turc de l’Information s’indigner de l’attentat contre la liberté de la presse à Paris avait quelque chose d’assez choquant. Et la présence d’un représentant du gouvernement turc (le Premier ministre?) à la manifestation de ce dimanche m’apparaît incongrue. Car il y a très peu de temps, en Turquie, une quarantaine de journalistes, à l’œuvre cette fois dans les médias islamistes, et notamment le quotidien «Zaman» ont été arrêtés. Comme l’ont été, ces dernières années, des journalistes kurdes, des journalistes d’extrême-gauche, des journalistes «kemalistes», et des journalistes d’investigation… (http://www.spiegel.de/politik/ausland/pressefreiheit-in-der-tuerkei-festnahmen-verhoere-einschuechterungen-a-1011724.html)

Sur ce blog, et à travers diverses initiatives, menées par la Fédération Européenne des Journalistes, j’ai à plus d’une reprise dénoncé cette situation. Et cette dénonciation a été relayée au plan politique, notamment par Jean-Claude Defossé, André du Bus, et Fatoumata Sidibé, à la Fédération Wallonie-Bruxelles. On sait comment la proposition de résolution à ce propos qu’ils avaient déposée au Parlement communautaire, a été «émasculée» pour d’obscure raisons politiciennes. On sait aussi, et notre ancien confrère de la RTBF s’en est plus d’une fois étonné, combien ce problème a été largement ignoré par les médias belges, francophones et flamands…

Alors, si je me réjouis, comme tant d’autre, du sursaut politique et citoyen autour de la liberté d’expression et de la liberté de la presse de ce dimanche, à Paris, j’aimerais qu’il soit aussi dédié à Sofiane Chourabi et Nadhir Guetari. Et surtout, qu’une fois l’émotion retombée, il ne se relâche pas. Car la liberté de la presse doit se défendre toujours. Et partout.

Trente ans de guerres avec des fous de Dieu


SI vous n’avez pas eu l’occasion de regarder le remarquable documentaire intitulé «Trente ans de guerre au nom de Dieu», qu’Arte a diffusé récemment, il n’est pas trop tard: sur Youtube, les deux épisodes sont toujours disponibles (premier épisode, 1979-1989: https://www.youtube.com/watch?v=QZH4pJDtDpg). Et ils méritent d’être vus, par la prise de distance qu’ils offrent à l’égard d’événements que nous avons vécus, sans toujours, peut-être, en percevoir les implications. Le plus inquiétant étant que ceux qui avaient la responsabilité de gouverner divers États n’ont manifestement pas eu plus de clairvoyance. Ou pire, se sont laissé guider par une conception dévoyée de leur religion. Et nous en payons toujours les conséquences aujourd’hui, avec les crimes innommables des islamistes de l’État du même nom; avec l’attentat contre le Musée juif à Bruxelles; et avec les deux attentats qui ont frappé cette semaine Ottawa.

Tous ces événements nourrissent une méfiance latente, pour ne pas dire plus, à l’égard des musulmans. Comme si l’immense majorité des musulmans que nous croisons dans notre vie quotidienne étaient responsable des crimes commis abusivement au nom de la religion qui est la leur. Et comme si, depuis que le terrorisme islamiste existe, il n’avait pas fait bien plus de victimes chez les musulmans que chez les non-musulmans: il suffit, pour s’en souvenir, de se rappeler la guerre civile innommable qui a ensanglanté l’Algérie au début des années 1990.

Mais le monde occidental ferait bien de balayer devant sa porte, avant d’incriminer ainsi l’islam. Et ce n’est pas le moindre mérite de ces documentaires que de replacer chacun devant ses responsabilités.

Capture d'écran 2014-10-25 21.01.48Nous considérons absurde le vocable de «croisés» que les intégristes islamistes utilisent pour nous désigner? Il suffit de réentendre, pourtant, la rhétorique de Ronald Reagan, au moment de sa résistible ascension, pour voir que lui-même revendiquait le terme, pour partir à l’assaut du monde communiste, qu’il qualifiait d’«empire du mal», dans une autre métaphore religieuse.

C’est l’époque où, aussi, Jean-Paul II, le pape polonais, apporte publiquement son soutien à Solidarnosč, jouant un rôle non négligeable, et largement salué par ailleurs, dans la transition démocratique en Pologne, et dans l’ébranlement du système soviétique.

La guerre à outrance menée par l’Amérique reaganienne à l’URSS passera, on le sait, par le financement et l’armement massif des opposants musulmans à l’Armée Rouge en Afghanistan. Et un des bénéficiaires de ce large soutien sera Oussama Ben Laden.

Les évangélistes états-uniens, qui ont occupé la Maison-Blanche avec successivement Reagan, Bush père et Bush fils, partagent avec les intégristes juifs la conviction que le temple de Salomon sera finalement reconstruit à Jérusalem. Et fera donc disparaître la mosquée Al-Aqsa. Ils n’ont donc pas désavoué Ariel Sharon, quand il est venu s’exhiber sur l’esplanade d’Al-Aqsa, déclenchant une révolution des pierres. Surtout, ils ont soutenu, et continuent à soutenir les extrémistes israéliens au pouvoir, notamment quand ces derniers, pour affaiblir Yasser Arafat, ont nourri le mouvement Hamas. Avec le même aveuglement que leurs soutiens américains en Afghanistan. La réaction, là aussi, a été à la hauteur de l’énorme erreur politique commise, par aveuglement intégriste religieux…

Depuis lors, l’idéologie, qui avait fait tant de morts au XXᵉ siècle, a cédé la place à Dieu dans les guerres qui ensanglantent la planète. Un Dieu abusivement invoqué, dans les trois mondes, musulman, juif et chrétien, qui s’affrontent, et où la grande, sinon l’immense majorité des croyants sincères ne se reconnaissent pas dans les politiques agressives menées au nom de la religion. Un peu comme pour donner raison à Malraux quand il avait annoncé que le XXIᵉ siècle serait religieux.

Le drame, c’est que ces extrémistes sont aux commandes. Et qu’ils enveniment chaque jour la situation. La politique d’expulsion des citoyens arabes de Jérusalem se déroule ainsi impunément, ruinant chaque jour un peu plus l’hypothèse de moins en moins vraisemblable de la coexistence de deux Ḗtats, juif et palestinien, en Palestine. Au contraire, et les récentes attaques meurtrières de l’armée israélienne contre la bande de Gaza, en réplique disproportionnée à des tirs de roquette n’en sont que la dernière manifestation, en multipliant des obstacles de plus en plus grands sur la voie d’un règlement pacifique du conflit qui l’oppose aux Palestiniens, le gouvernement israélien donne lui-même du grain à moudre aux islamistes de tous poils, d’autant plus ardents à réclamer la destruction de l’Ḗtat d’Israël.

Tout cela n’incite guère à l’optimisme. Le monde laïc, ou les mouvements athées, y trouveront de quoi nourrir encore plus leur argumentation. Mais outre le fait qu’ils ne pourraient en tout état de cause pas faire disparaître les religions, ils ne peuvent effacer le fait que le plus grand conflit du XXeme siècle a opposé principalement deux systèmes qui n’avaient rien de religieux… même si tous deux empruntaient leur dramaturgie à la religion. Quant à la lueur d’espoir née dans la foulée du «printemps arabe», où la contestation des dictatures en place se nourrissait plus de l’appel démocratique que de l’inspiration religieuse, elle s’est progressivement éteinte au fil de la dérive égyptienne vers l’islamisme puis de son brutal retour sous la dictature militaire; de l’effondrement de la Libye; et de la sanglante guerre qui a mis le feu à la Syrie, avant de déborder à nouveau sur l’Irak. Encore que: ce printemps arabe a démarré en Tunisie, où, ce dimanche, un scrutin législatif se déroulera. Les Tunisiens ont tout pour prouver au monde que même dans une société où la religion occupe toujours une grande place, une évolution démocratique est possible. Bien sûr, l’hirondelle tunisienne ne peut refaire le printemps arabe. Mais ce serait, en tout cas, un premier pas à contre-courant. Inch’ Allah!