Une statistique qui ne peut pas faire peur


Un million de migrants sont entrés en Europe depuis le début de cette année, dont la moitié en provenance directe de Syrie: la statistique vient d’être dévoilée par l’ONU. Elle risque encore d’alimenter les peurs, au mieux, la haine, et au pire d’alimenter la haine de l’étranger, alimentée par l’extrême-droite sur le territoire de toute l’Union Européenne.
En cette époque de Noël – qui rappelle  aux croyants qu’à l’époque, Joseph et Marie ont été des réfugiés en Égypte, et aux non-croyants que le problème des réfugiés existait déjà l’époque – elle ne peut nous faire peur, mais elle de1391041961vrait peut-être plutôt nous faire honte. Car, qu’est-ce qu’un million de réfugiés à l’échelle de l’Union Européenne, qui compte quelque 508 millions d’habitants? 0,2%, si je compte toujours bien: ne serions-nous donc pas capables d’intégrer 0,2% de réfugiés sur notre continent? Si tel est le cas, il y a lieu de s’interroger sur les principes qui fondent l’Union Européenne!

Affirmer cela n’est pas tomber dans un angélisme bêlant: parmi ces réfugiés, il y a sans doute la même proportion de salauds, d’idiots, et de malhonnêtes que dans notre propre population. Peut-être même des candidats-terroristes se sont-ils glissés parmi eux? Est-ce une raison pour s’opposer à leur venue? Pour les rejeter? Ou pour opérer un distinguo subtil entre ceux dont la vie est menacée par la guerre qui se déroule sur le territoire où ils vivent, et ceux dont la vie est menacée parce qu’ils n’ont tout simplement pas assez à manger?

Et si, cette fois, on osait jouer l’ouverture? Et si, cette fois, dans nos médias, et notamment dans les «talk shows» prétendument populaire, on cessait de parler de vague exceptionnelle, d’afflux extraordinaire, voire d’invasion de réfugiés? Le temps n’invite-t-il pas à la réflexion? Le curé de Stockem l’a bien compris, dont la crèche est plantée au milieu de barbelés et de gilets de sauvetage (http://www.lavenir.net/cnt/dmf20151223_00755321/l-etonnante-creche-de-stockem). Au fait, ce jeudi, dix-huit réfugiés, dont plusieurs enfants, sont à nouveau morts noyés en mer Égée. Un «simple» fait divers, désormais…

Publicités