La fusion de communes bruxelloises évoquée au moment du départ de Joseph Michel


Herstappe IngangIl est des hasards de l’actualité étranges: c’est juste avant le décès de l’ancien maire de Virton, Joseph Michel, que, dans une interview à nos confrères du «Vif», le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, ressort l’idée de… fusionner des communes bruxelloises. Le propos aurait sûrement fait sourire le père des fusions de communes: il reste à expliquer pourquoi, en 1977, les dix-neuf communes de l’agglomération bruxelloises ont été  les seules – outre Herstappe, en province de Limbourg (87 habitants), et Messines, en Flandre Occidentale (952 habitants), pour raisons de facilités linguistiques – ont échappé au regroupement obligatoire imposé d’une main de fer par celui qui a occupé le poste de ministre de l’Intérieur, de 1974 à 1977.

Joseph MichelJoseph Michel s’est attelé de manière énergique à la tâche. Et l’opération ne l’a pas rendu populaire: en septembre 1975, il sera même pendu en effigie lors d’une manifestation, à Arlon, des opposants à son projet de fusion des communes. Sans que cela provoque les mêmes remous que ceux qui ont suivi la même opération qui a ciblé Charles Michel à Mons, la semaine dernière! Un «Front pour la démocratie locale» l’accusera d’avoir mis sur rails un plan «illégal, despotique et arbitraire»: rien moins que cela!

Ces opposants invoquaient parfois des raisons sentimentales, étaient mus d’autres fois par d’inavouables raisons politiciennes, mais pouvaient aussi avoir de bonnes raisons, liées aux particularités locales.

Qu’importe, le ministre gaumais verrouillera son projet, qui ne pourra être amendé par les parlementaires. Officiellement, afin d’éviter qu’un plan d’ensemble ne soit retoqué pour de simples considérations locales. L’avis du Conseil d’État ne sera même pas sollicité sur le sujet,sous prétexte d’urgence!

Près de quatre décennies plus tard, il faut bien admettre que le «plan Michel» a tenu globalement la route. Certes, dans de grandes villes, Anvers notamment, il a fallu créer des «districts» pour compenser la distance créée entre le pouvoir communal et les citoyens; mais les nouvelles communes sont entrées dans les mœurs.

L’affaire n’en a pas moins coûté cher à Joseph Michel: plus jamais, l’homme politique gaumais n’a retrouvé de portefeuille: qu’importe, il est retourné à sa chère mairie (le terme est d’usage à un jet de pierre de l’Hexagone) virtonaise, et il a repris ses activités d’avocat: je me souviens de la surprise d’un confrère du Tijd, en stage dans le journal qui (air connu) m’emploie mais ne me rémunère pas assez à mon goût, dans le cadre d’une opération mise sur pied par le Fonds Prince Philippe, qui avait reconnu le père des fusions parmi les avocats anonymes, plaidant un procès banal devant le tribunal correctionnel d’Arlon, plus de vingt ans après les fusions des communes.

Étrangement, pourtant, les dix-neuf communes bruxelloises échapperont à cette fusion imposée à l’ensemble des communes belges: le «plan Michel» prévoyait pourtant d’en réduire le nombre à six, basées plus sur les «bassins de vie», comme on le disait encore à l’époque, que sur les strictes limites communales. Le mille-feuilles institutionnel  bruxellois a donc subsisté jusqu’à nos jours, ce qui a permis à un grand nombre de mandataires communaux de conserver leur fromage, mais qui, surtout, a fait perdurer des situations absurdes qui permettent une arnaque légale: je vise ici, notamment, le stationnement dans l’agglomération bruxelloise, qui permet de «pigeonner» nombre d’usagers, persuadés d’être en règle, alors que le ticket de stationnement toujours en cours qu’ils arborent vaut pour la commune voisine… dont la limite est parfois de l’autre côté de la rue.

Près de quarante ans plus tard, le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, veut-il aujourd’hui remettre à l’honneur le «plan Michel»? Sûrement pas: une meilleure gestion e827a95a9822be247254f56b615e7beb-1389643235n’est sûrement pas la préoccupation essentielle de l’occupant de l’Hôtel de ville bruxellois, quand il formule pareille proposition. Le tout doit se lire dans le combat fratricide qui oppose le bourgmestre bruxellois à Rudy Vervoort, le très effacé ministre-président de la Région bruxelloise.

L’ambition d’Yvan Mayeur est manifestement de devenir vizir à la place du vizir. Ou alors de vider la fonction de vizir de sa substance, et d’en récupérer l’essentiel à son profit. Le coup lui a déjà réussi à Bruxelles; il est en passe de le réussir pour la Région. On devine qu’il ne voudra pas s’arrêter là: les parquets de l’Hôtel de ville de Bruxelles sont déjà largement rayés de ses dents!

 

 

Publicités

Marre des «experts» qui pérorent sans même se documenter!


Deborsu

Ainsi donc, après deux numéros seulement, l’émission dominicale de Christophe Deborsu va subir un relifting sur RTL TVI. Les mauvais scores d’audience du transfuge de VT4 ont apparemment déclenché une espèce de «football-panique» sur la chaîne privée. Reste à savoir si un simple remaniement suffira, car les ingrédients de l’émission restent identiques. Et ses experts ou prétendus experts aussi, hélas. Hors Alessandra D’Alessio, bien sûr, dont on se demandait bien ce qu’elle venait faire là, et qui a disparu de la circulation non pour son incompétence, mais pour ses affinités avec un ancien député d’extrême-droite, qui ne manque vraiment pas au Parlement.

En disant cela, ce n’est pas l’animateur de «C’est pas tous les jours dimanche» que je cible, même si sa prestation, dimanche dernier face à Lio a été désastreuse, au point qu’Alexander De Croo, le ministre Open vld de la Coopération, interloqué, l’a interpellé en lui demandant qui dirigeait le débat, de lui ou de l’interprète de «Banana Split» (le succès qui a assuré sa notoriété jusqu’à aujourd’hui!), tandis que Karin Lalieux, la députée PS, subissait l’agressivité de cette has been qui prenait des attitudes de Pasionaria! Non, c’est à Michel Henrion que je pense, catastrophique, vendredi soir, dans la désolante émission «On refait le monde», sur Bel-RTL.

En studio, l’ancien porte-parole de feu Guy Spitaels apparaissait comme le seul expert en politique, face à ce vieux briscard de Marc Metdepenningen, grand journaliste judiciaire au «Soir», et à la rédactrice en chef-adjointe de Ciné-Télé-Revue, qui semble être le seul hebdomadaire d’«information» (???) connu de Patrick Weber. Et c’est donc tout naturellement vers Michel Henrion que le sirupeux «Monsieur Loyal» de l’émission aux allures de café du Commerce s’est tourné, pour lui demander son avis sur la nomination par la ministre flamande N-VA Lisbeth Homans, d’un échevin francophone comme bourgmestre de Linkebeek, en lieu et place du bourgmestre MR ff Damien Thiéry, qui donne des boutons à cette flamingante enragée.

hqdefault

Et ô surprise, Michel Henrion a… donné raison à la ministre N-VA. Parce que, a-t-il doctement tranché, depuis la dernière réforme de l’État et la scission de l’arrondissement électoral et judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde,  les communes flamandes à facilités de la périphérie bruxelloise relèvent des chambres réunies du conseil d’État. Et que ces chambres réunies ont validé le refus de nomination de M. Thiéry par la ministre Homans, et par contre invalidé la décision identique qu’elle avait prise à l’égard de Valérie Caprasse, mayeure cdH de Crainhem. Lisbeth Homans n’avait donc d’autre choix que de nommer un autre bourgmestre, a-t-il conclu, et elle l’a fait dans le respect du verdict électoral, comme elle l’a elle-même dit.

Confiants dans la sagacité de cet «expert», les autres participants à l’émission ont fait chorus. Tout juste a-t-on entendu timidement parler de respect du choix des électeurs de Linkebeek, qui ont plébiscité Damien Thiéry. Mais en Flandre, on n’est pas en Wallonie, a rappelé opportunément Marc Metdepenningen: les électeurs ne peuvent pas peser sur le choix du bourgmestre.

Carrousel en vue

L’ennui, c’est que Michel Henrion… ne connaissait pas bien son dossier. Oui, la scission de l’arrondissement électoral et judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde, réclamée depuis des lustres par la Flandre, s’est accompagnée d’une compétence accordée aux chambres réunies du Conseil d’État sur les communes à facilités de la périphérie. Mais ces chambres sont présidées alternativement par un magistrat francophone ou néerlandophone dont la voix est prépondérante! Il n’est donc pas sot de penser que, selon le sexe linguistique du président, les décisions de l’instance basculeront dans un sens ou dans l’autre. Et que leur valeur, donc, est très relative. Mais cela, manifestement avait échappé à la sagacité de l’ancien porte-parole de feu Guy Spitaels.

Et puis l’expert (?) est apparemment parti un peu vite en estimant que l’affaire était désormais réglée. Car tout indique aujourd’hui que l’échevin pressenti… refusera le cadeau empoisonné que lui avait préparé l’extrémiste ministre. Et si lui refuse, il faudra que Lisbeth Homans se lève tôt pour trouver dans les rangs francophones un(e) élu(e) prêt(e) ) suppléer le candidat-bourgmestre porté par la majorité. On suppose qu’alors la ministre flamingante des Affaires intérieures se tournera vers un membre de l’opposition, ou nommera un(e) bourgmestre hors conseil. À qui il est déjà prudent de prendre des médicaments contre la dépression, car il ne sera pas difficile à la majorité francophone de Linkebeek de torpiller toutes les initiatives de ce mayeur imposé.

Michel Henrion aurait été bien inspiré de relire «Génération Fourons»: cet ouvrage collectif rappelle la trouvaille de Charles-Ferdinand Nothomb, alors ministre PSC de l’Intérieur, le 15 octobre 1986. Pour mettre fin au «carrousel fouronnais» (à chaque fois que les magistrats flamands du Conseil d’État cassaient la nomination de José Happart, bête noire de la Flandre, au mayorat de Fourons, tous les échevins démissionnaient; et José Happart était réélu premier échevin et bourgmestre ff de Fourons), l’homme politique luxembourgeois avait déniché un excellent candidat au poste de bourgmestre hors conseil: Roger Wynants, de Fouron-Saint-Pierre, est un des fils d’un ancien mayeur fouronnais. Dans un climat extrêmement tendu, car de sa décision dépend le sort du gouvernement, le Premier ministre, feu Wilfried Martens, part, le 17 octobre peu après minuit, au Palais de Laeken pour faire signer par le défunt roi Baudouin son arrêté de nomination comme mayeur de Fourons. Mais patatras, l’homme n’accepte qu’à la condition, inacceptable pour les Flamands, de ramener les six villages de la Voer de la province du Limbourg à celle de Liège. Il n’y aura pas de bourgmestre hors conseil  à Fourons. Et Charles-Ferdinand Nothomb sera contraint de démissionner.

Un autre carrousel risque de se mettre en route, dès ce week-end, à Linkebeek. Et il pourrait secouer le gouvernement de Charles Michel. Car ce dernier, et tous ses ministres libéraux francophones, ont beau, à la manière Coué, seriner que la N-VA se limite aux problèmes socio-économiques jusqu’à la fin de la législature, l’initiative de Lisbeth Homans et venue prouver le contraire. Et le MR devra bien décider si, oui ou non, il soutient toujours son candidat-bourgmestre de Linkebeek. Il en est sûrement, dans la grande maison bleue, pour déplorer secrètement que le parti ait ouvert ses portes, naguère, à ce transfuge du FDF…