Un «privilège» scandaleusement mis en cause


Paolo Borrometi, Sandro Ruotolo, et Michele Albanese ne vivent pas la vie de M. et Mme Toutlemonde. Au congrès de la FNSI, la Fédération nationale de la Presse italienne, à laquelle j’ai participé cette semaine, ils étaient présents, accompagnés de leurs gardes du corps. Des policiers en civil, détectables à leur oreillette, qui les accompagnent partout, même quand ils vont aux toilettes. Qui les attendent à la sortie de leur domicile ou de leur hôtel, pour les faire embarquer dans une voiture banalisée, munie d’un gyrophare bleu.

La raison? Paolo Borrometi, Sandro Ruotolo et Michele Albanese s’en sont pris à la Mafia sicilienne, ou à une de ses déclinaisons régionales en Italie. Et ils sont menacés de mort.

Récemment, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini (Lega, extrême-droite) a évoqué le «privilège» dont bénéficient ces journalistes. Et il s’est demandé s’il convenait de le leur maintenir

Tous trois ont évoqué ces propos du leader populiste à la tribune d’un congrès, indigné par ces propos.

Acompagné du président de la FNSI, Beppe Giulietti, Paolo Borrometi s’en est aussi entretenu avec des habitants de Levico Terme, la petite station thermale du Trentin où le congrès des journalistes italiens faisait étape.

Beppe Giuletti présente Paolo Borrometi et son livre

«En fait de privilège, leur a-t-il expliqué, il m’est impossible, pour raisons de sécurité, d’aller voir un match de football. D’assister à un concert. Ou simplement de répondre à l’invitation à l’improviste d’un ami qui me propose de venir manger chez lui».

Paranoïa? Vraiment pas. Il y a d’abord eu le vol du disque dur de son ordinateur, qui contenait nombre de données recueillies dans son enquête sur les propriétaires siciliens qui font cueillir les tomates-cerises dont les champs s’étendent à perte de vue par des Roumaines à la fois exploitées économiquement et sexuellement. Pour les exporter dans toute l’Italie, dans toute l’Europe, et au-delà, pour recueillir des bénéfices colossaux: au Canada, le kilo de tomates-cerises, qui leur a coûté 0,14 euros à la production, se vend à 15 dollars…

Sans compter que les camions qui transportent ces tomates et qui, le plus souvent, ne sont pas contrôlés, peuvent aussi véhiculer de la drogue. Ou des armes.

Il y a eu ensuite cet attentat à la voiture piégée qui le visait, et dont il n’a réchappé que grâce à la vigilance de policiers qui avaient intercepté les tueurs à temps.

La rencontre était organisée à l’initiative d’une librairie locale. Une initiative citoyenne.

Car il en va de la responsabilité citoyenne, a insisté Paolo Borrometti: dans le simple achat automatique de tomates-cerises, on peut, ou non, soutenir l’activité criminelle de ces réseaux mafieux.

Pas évident, sans doute, de s’en rendre compte quand on les voit à l’étal d’une grande surface. Mais des labels garantissent l’origine de certains légumes et agrumes, a rappelé notre confrère. Et l’exclusion d’un producteur mafieux de ces labels a coûté à ce dernier «des millions d’euros». On comprend la fureur que son travail a suscitée.

On parle, avec raison, régulièrement des journalistes assassinés dans le monde. On dénonce l’impunité scandaleuse de leurs assassins. Mais si le nom de Jamal Kashoggi, ce journaliste saoudien massacré au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul, a fait le tour du monde, trop peu de personnes parlent des Paolo Borrometi, Sandro Ruotolo, et autre Michele Albanese

Un autre témoignage a impressionné les congressistes: celui de Luigi Ciotti.

L’homme n’est pas n’importe qui.

C’est tout d’abord un prêtre. Un prêtre à un congrès de journalistes? J’entends déjà l’ironie: ailleurs qu’en Italie, impossible!

Mais Luigi Ciotti est bien plus qu’un prêtre «de base» (voir le reportage ci-dessous, si vous comprenez l’italien): engagé depuis les années 1960 dans l’aide aux personnes en situation de grande précarité, et notamment les toxicomanes, il est, depuis les années 1990, un adversaire résolu de (nous y revoilà!) la Mafia. Et à 74 ans, il a une combativité remarquable. Son invitation, aux journalistes italien(ne)s, à ne pas se contenter de l’information-spectacle, à traquer la vérité, ne déparait à dire vrai pas dans un congrès de professionnels de l’information.

Avec les témoignages des trois confrères vivant sous protection, elle rappelait le rôle démocratique central des journalistes. Qui doivent en être bien conscients, et l’assumer. Mais que les politiques devraient respecter, n’est-ce pas, M. Salvini?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s