La déplorable évolution d’un bien triste sire


Ayant veillé assez tard hier soir, j’avais suivi la fin de l’émission «Mots croisés», que France 2 consacrait aux remous internes du Front National en France. J’en avais vu suffisamment pour trouver confirmation de la déplorable évolution d’un bien triste sire, Robert Ménard, dont la suffisance pouvait apparaître comme de l’ardeur à défendre la liberté de la presse et la démocratie, partout dans le monde, à l’époque où il était secrétaire général de «Reporters sans Frontières», mais dont l’agressivité et la morgue démontrent aujourd’hui à suffisance qu’il est, s’il ne l’était pas auparavant, un militant d’extrême-droite aux méthodes surannées.

MénardOh, bien sûr, une fois de plus, le maire de Béziers a affirmé qu’il n’était qu’apparenté Front National, pour insister sur le fait qu’il n’est pas membre du parti fondé par Jean-Marie Le Pen. Mais il a expliqué lui-même la raison de cette réserve: le volet économique du programme concocté par les penseurs qui entourent Marine Le Pen lui paraît à la fois trop dirigiste, et incongru. Peut-être la sortie proposée de l’euro lui reste-t-elle en travers de la gorge? Mais pour le reste, pas l’ombre d’une réticence à l’égard du programme frontiste. Ménard lui-même affiche sa «préférence nationale», qui, comme le lui a fait remarquer un de ses contradicteurs, est depuis la fin du XIXeme siècle, avec ses Déroulède et Boulanger, jusqu’à aujourd’hui, la marque de l’extrême-droite française. Une marque nauséabonde, si on se rappelle la France de Vichy, ses campagnes antisémites haineuses, la contribution à la déportation des Juifs, les assassinats qu’elle a suscités, suggérés et approuvés par des Charles Maurras, Robert Brasillach, ou Philippe Henriot.

Oui, Ménard est en faveur de la préférence nationale. Et encore, tout le monde ne fait pas partie de la communauté nationale, apparemment, à ses yeux, puisqu’il a expliqué préférer donner du travail à une entreprise de Béziers plutôt qu’à une entreprise… de Dunkerque. Doit-on en conclure que, pour lui, Dunkerque ne fait plus partie de l’Hexagone? Ou que, plus prosaïquement, il devrait d’urgence réviser sa  géographie de France?

Le recensement des enfants musulmans qui fréquentent les écoles bitteroises, sur base de leur seul prénom ‑«parce que le prénom indique la religion» a-t-il finement expliqué à un internaute qui lui demandait sur quoi il basait sa statistique de 64,6%‑ donne, lui, la nausée. Car il renvoie, comme l’a dit le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, aux heures sombres de l’Histoire française. Celui où l’enregistrement des Juifs, hommes, femmes et enfants, précédait le port tout aussi obligatoire de l’étoile jaune. Celui où la rafle d’Izieu envoyait 45 enfants à la mort.

Le tollé qu’a suscité sa réflexion a incité Ménard à faire marche arrière dès aujourd’hui. La mairie de Béziers a tardivement communiqué qu’elle n’établit pas, et qu’elle n’a jamais établi de fichages d’enfants sur base de leur religion. Sans détromper qui que ce soit: l’identification des enfants de religion musulmane se déroule bien comme Robert Ménard s’en est vanté sur le plateau de télévision; elle ne passe pas nécessairement par l’établissement d’une liste ou de fiches.

L’époque, et c’est heureux, n’en est plus à la déportation et l’extermination des Français, ou des Belges «différents». Mais on devine toutes les discriminations que peut susciter pareil distinguo, dans une ville dont un des décisions emblématiques du maire a été d’interdire la suspension de linge à sécher aux balcons des étages  des immeubles de sa ville. Déplorable évolution, je le disais, d’un bien triste sire…

Publicités

3 réflexions sur “La déplorable évolution d’un bien triste sire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s