Demain, la FIJ rase gratis


Accès à l'info

Le comité exécutif de la FIJ (ExCom) s’est donc réuni ce week-end, avec, en principe, un ordre du jour chargé à débattre. Un point essentiel de cet ordre du jour aurait dû être la question du renouvellement (ou du non-renouvellement) du contrat de la secrétaire générale de la Fédération, puisque ce contrat sera échu dans six petites semaines, à la fin de cette année. Et on sait le rôle crucial du secrétariat de la FIJ pour son développement. Et bien, qu’on le croie ou non, les membres de l’ExCom n’ont tout simplement… pas débattu de cette question.

On peut s’interroger sur les raisons de cette abstention. Car, après tout, si le comité administratif (Admin) de la FIJ avait négligé d’inscrire ce point à l’ordre du jour, ce qui est tout de même assez incompréhensible, rien n’empêchait n’importe quel membre de l’ExCom de l’y ajouter en début de séance. Apparemment, personne n’y a songé. Ce qui nous conduit à penser que cette décision se prendra une fois plus à huis clos, par les membres de l’Admin, voire pire, par certains membres de l’Admin…

P1010794La situation financière de la FIJ, elle, a été discutée. Et il semble qu’elle soit catastrophique. Avant le congrès de la FIJ à Dublin, en juin dernier, un membre du précédent comité exécutif de la Fédération avait déjà tiré la sonnette d’alarme, mais en vain. Il semble bien maintenant que le congrès de Dublin n’a pas été seulement chaotique dans son déroulement, mais désastreux sur le plan financier. Mais bien sûr, les comptes de cette année ne seront soumis qu’au prochain congrès de la FIJ, en 2016. Et donc cela ne préoccupe pas outre mesure son comité exécutif, et en particulier son président irrégulièrement réélu, qui, ne l’oublions pas, a entamé sa très (trop?) longue carrière au sein du comité administratif de la FIJ par des mandats de trésorier. Il sait donc mieux que tout autre que, quand il quittera ses fonctions en 2016, bien peu seront en mesure de contester sa gestion financière.

Un dernier point : le président de la Fédération Européenne des Journalistes (FEJ), Mögens Blicher-Bjerregaard, a accepté une mission de médiation entre la FIJ (ou plus précisément : entre le président irrégulièrement réélu de la FIJ) et le DJV allemand, qui avait quitté le congrès de Dublin en dénonçant le caractère irrégulier de l’élection à la présidence. À mon sens, le président de la FEJ n’aurait pas dû accepter cette mission, car il va ainsi être confronté au deuxième syndicat en importance de sa fédération, qui entretient une polémique déjà longue avec la FIJ sur son manque de transparence, financière notamment. Il appartenait donc aux responsables de la FIJ de résoudre ce problème.

La question se complique encore pour Mögens Blicher-Bjerregaard, de la tension renouvelée entre le syndicat norvégien des journalistes et le président irrégulièrement réélu de la FIJ, qui a menacé le syndicat de poursuites judiciaires si on « continuait à lui jeter de la boue ». Il visait par là des articles sur la crise au sein de la FIJ, parus dans le magazine et sur le site web du syndicat norvégien.

Une fois de plus, les discussions vont donc se dérouler à huis clos. Alors que pourtant, en mai dernier, à Verviers, celui qui était alors premier vice-président de la FIJ avait pris l’engagement que la Fédération allait se montrer plus transparente, face aux syndicats européens réunis en assemblée générale. Tout juste y a-t-il quelques problèmes techniques à résoudre, avait-il annoncé. Ces problèmes semblent s’éterniser. De quoi donner à cette promesse des allures de « Demain, on rase gratis »…

Ce ne serait pourtant guère difficile. Il suffirait par exemple de renvoyer aux syndicats-membres, comme cela se faisait naguère, les procès verbaux des réunions du comité exécutif de la FIJ. Et ses comptes audité, chaque année.

Évidemment, cela conduirait des syndicats-membres à poser des questions peut-être dérangeantes, car ils seraient tout de suite informés de la non-discussion du renouvellement du contrat de la secrétaire générale, ou de la situation financière catastrophique de la Fédération. Une chose, décidément, est de postuler la transparence ; une autre est de la pratiquer…

Publicités

Une réflexion sur “Demain, la FIJ rase gratis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s